2009 : une année sombre pour l’artisanat du bâtiment

2009 : une année sombre pour l’artisanat du bâtiment

L’année qui vient de s’écouler aura été bien morose pour l’artisanat du bâtiment, touché de plein fouet par la crise économique. En effet, en un an le secteur du bâtiment aura marqué une chute d’activité de – 7 %, et celui de l’artisanat du bâtiment, un recul de – 5,5 %, selon les observations de la CAPEB (Confédération des Artisans et des Petites Entreprises du Bâtiment). Au 4ème trimestre 2009, les chiffres ont été encore plus alarmants : – 9 % pour le bâtiment et – 6,5 % pour l’artisanat du bâtiment. Selon les métiers, la maçonnerie est le corps de métier le plus touché avec un recul d’activité de – 10 % au dernier trimestre, et de – 7,5 % sur l’ensemble de l’année. A l’inverse, le secteur de l’aménagement-décoration-plâtrerie demeure le moins affecté avec une variation de seulement – 2 % sur le dernier trimestre et de – 3 % sur l’année. Si la baisse de l’activité a touché tant les petites que les grandes entreprises artisanales en 2009, au 4ème trimestre, les structures de plus de 10 salariés ont subi un recul plus important (- 7,5 % contre – 6,5 % pour les plus petites). Leurs carnets de commandes se sont amenuisés, tandis que les plans de charges des petites structures se sont stabilisés.

Toutefois, la CAPEB table sur un « ralentissement de la baisse estimée à – 2,5 % pour le bâtiment et à – 1,5 % pour l’artisanat du bâtiment » pour l’année 2010. Par ailleurs, les différentes mesures de soutien à l’activité et les nouveaux défis de cette décennie pour ce secteur devraient appuyer la fragile reprise escomptée. Cependant, « la situation du bâtiment en ce début d’année reste préoccupante, prévient la CAPEB. Si la rénovation se maintient au niveau de l’été dernier (- 3 %), la construction neuve s’enfonce toujours avec une activité en baisse de – 11,5 % sur ces 3 derniers mois ». En outre, « Les premières prévisions nous amènent à rester prudents. En revanche, les défis de la nouvelle décennie pour l’artisanat du bâtiment devraient permettre d’amorcer un redémarrage. Le rendez-vous avec la reprise est pris pour 2011 ! », tempère Jean Lardin, président de la CAPEB. En effet, cette décennie force les artisans du bâtiment à réaliser une profonde mutation de leur secteur. « Si le bâtiment constituait encore récemment un marché spécifique, il est aujourd’hui probablement plus lié à l’évolution de l’économie du pays », explique la Confédération. La construction doit continuellement intégrer de nouveaux paramètres : le confort, la performance énergétique, l’accessibilité, la sécurité, etc. alors que la prestation de travaux devient « un achat comme les autres ». L’enjeu est donc de taille pour ce secteur qui doit muter profondément et rapidement.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.