Stabilisation des prix dans l’ancien selon la FNAIM

Stabilisation des prix dans l’ancien selon la FNAIM

L’indice mensuel des prix de l’ancien a baissé de 1,4 % au mois de mars selon la FNAIM, Fédération nationale des agents immobiliers. Si les prix reculent toujours, la baisse cependant ralentit : la variation annuelle moyenne des prix s’établit désormais à – 2 %, contre – 7,8 % au 3ème trimestre 2009 et – 4,9 % au 4ème trimestre 2009. « Au terme de hausses et de baisses alternées, le mouvement de stabilisation des prix amorcée au printemps 2009 se confirme », commente la Fédération nationale des agents immobiliers. Au cours du 1er trimestre 2010, les prix des logements anciens ont progressé de + 1,8 % par rapport au 1er trimestre 2009. S’ils ont diminué de – 10,8 % entre fin 2007 et début 2009, les prix ont depuis alterné hausses (+ 4,3 %) et baisses (– 2,4 %) : + 3,9 % au 2ème trimestre 2009 et + 0,4 % au 4ème trimestre 2009) et – 1 % au 3ème trimestre 2009 et – 1,4 % au 1er trimestre 2010. Pour connaître la tendance des prix de l’immobilier, tout dépend donc de la période considérée ! « Mécaniquement, les légères pressions à la hausse des prix entraînent un ralentissement de la baisse sur le long terme. La variation annuelle moyenne des prix (12 derniers mois par rapport aux 12 derniers mois précédents) s’établit désormais à – 2 %, contre – 7,8 % et – 4,9 % aux 3ème et 4ème trimestres 2009 », explique la FNAIM. En conséquence, le marché se stabilise et « les prix des logements anciens sont voisins du niveau qu’ils avaient atteint au 3ème trimestre 2005, il y a presque cinq ans ! »

Par rapport à une tendance générale, encore faut-il prendre en compte le type de bien (appartement ou maison), sa surface et sa localisation géographique. Ainsi, sur un an, tant pour les maisons que pour les appartements, les prix sont en baisse pour les petites surfaces : entre – 4,5 % et – 3,6 % pour les appartements du studio au 3-pièces, et – 6,4 % pour les maisons de 4 pièces et moins. « En revanche, la tendance des prix des biens de grande taille semble s’inscrire à nouveau à la hausse : + 5,9 % de hausse annuelle en glissement trimestriel pour les appartements de 4 pièces, et de l’ordre de + 3 % pour les maisons de cinq pièces et plus », précise la FNAIM. De même, le marché immobilier enregistre de fortes disparités régionales. En moyenne annuelle, les prix des biens immobiliers situés dans les régions Est et Nord ont reculé de – 8,8 %, dans le Centre et les Alpes de – 5,6 % et dans le Sud-est de – 5,2 %. Mais en Ile de France, les prix ont progressé de + 2,6 %, alors qu’ils sont restés quasiment inchangés dans le Sud-ouest et le quart Ouest. « Ces variations de prix observées à court terme doivent être interprétées avec prudence et la pression à la hausse des prix mérite d’être relativisée car établie par rapport au point le plus bas de 2009 », relativise la FNAIM.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.