Prix de l’immobilier : possible baisse dans les prochains mois

Prix de l’immobilier : possible baisse dans les prochains mois

HSBC France vient de publier une étude (« Menaces sur le boom immobilier français : La hausse des prix a commencé à peser sur la solvabilité des ménages ») qui prévoie la baisse des prix du marché français au second semestre 2011.

Les prix des logements neufs et anciens ont retrouvé leurs niveaux d’avant-crise ; en effet, après une chute « de 60 % entre le premier trimestre 2007 et le 4ème trimestre 2008, les ventes de logements neufs ont repris fortement, atteignant les 28 000 ventes par trimestre, soit les niveaux d’avant-crise ». D’après HSBC, les prix ont augmenté de 9,3 % entre le 2e trimestre 2009 et le 4e trimestre 2010. À l’échelle nationale, les prix sont globalement en augmentation dans le neuf comme dans l’ancien depuis plus de deux ans. Bien évidemment les plus fortes hausses ont été observées dans la capitale.

Par ailleurs, les récents dispositifs d’incitation fiscale ont soutenu la création de logements et le dynamisme du marché immobilier. Les mises en chantier ont grimpé de + 1,4% entre le 4ème trimestre 2010 et le 1er trimestre 2011. Ainsi, la loi Scellier a permis une progression des ventes de + 67% par trimestre depuis 2009. De même, le rapport HSBC souligne que le PTZ a renforcé la demande des primo-accédants.

Toutefois la dynamique risque de s’estomper du fait d’un « stock de logements neufs très inégalement réparti » sur le territoire national. À titre d’illustration, l’étude révèle que les délais de vente portent à 3,6 mois en Région Ile-de-France contre 25,5 mois dans le Limousin au 4ème trimestre 2010.

La solvabilité des ménages enregistre une baisse depuis le 3e trimestre 2010 sur le segment des logements anciens. Cette baisse s’est prolongée début 2011 avec l’augmentation des taux d’intérêt, alignés sur les OAT 10 (taux fixes faisant actes de référence pour les banques). HSBC anticipe que la baisse de la « solvabilité des ménages se poursuive et impacte les ventes de logements neufs et anciens en 2011, ce qui pourrait limiter la hausse des prix immobiliers en France au deuxième semestre ». Cependant cette baisse devrait rester superficielle, la demande disposant des crédits d’impôts et les primo-accédants continuant à être portés par le PTZ plus|Ptz Plus.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.