Prix de l’immobilier : « les vendeurs capitulent » selon SeLoger.com

Prix de l’immobilier : « les vendeurs capitulent » selon SeLoger.com

Face à la raréfaction des acquéreurs, « Les vendeurs semblent désormais disposés à baisser leurs prix », constate le groupe SeLoger.com dans son dernier baromètre mensuel pour le mois de novembre 2008. Du coup, les prix stagnent ou affichent un repli. A Paris par exemple, le prix du m² est repassé sous la barre des 7 500 euros, affichant une baisse de 1,3 % sur trois mois, mais la tendance sur un an devrait rester positive. « En revanche, dans de nombreuses grandes villes de France, l’année 2008 devrait se solder par des baisses de prix conséquentes. Sur douze mois glissants, le recul des prix est déjà supérieur à 5 % au Mans, à Toulon, Avignon, Limoges ou Colmar », indique le site d’annonces immobilières.

« En cette fin d’année toujours difficile pour l’économie, l’intérêt des Français pour les offres immobilières ne se dément pas, indique Roland Tripard, Directeur Général du groupe SeLoger.com. Mais les conditions de crédits restent peu favorables et continuent de freiner le nombre de transactions. Et la légère baisse des prix n’a, quant à elle, pas encore eu d’impact réel sur la liquidité du marché ».

Bloqués dans leurs intentions d’achat, les potentiels acquéreurs se tournent finalement vers la location : « On voit naturellement un intérêt croissant des Français pour la location, comme en témoignent nos chiffres d’audience. La croissance du nombre de pages vues du site SeLoger.com sur les locations est de + 49 % par rapport à l’année précédente contre + 7 % pour les ventes », précise Roland Tripard. Pour autant, les loyers sont restés globalement stables : « Seules huit grandes villes (Lille, Metz, Nancy, La Rochelle, etc.) connaissent une hausse des tarifs supérieure à 2 % sur les trois derniers mois. Dans la majorité des grands centres, les loyers ont baissé depuis septembre, à l’image de Bordeaux et de Besançon où le recul dépasse les 2,5 % ».

Paris : selon les arrondissements
« Dans le 8ème arrondissement, les prix affichés en agence ont plongé en quelques semaines sous la barre des 10 000 euros le m², passant de 10 114 à 9 841 euros. Dans le 20ème, les tarifs ont baissé de 2,1 % pour revenir à 5~959 euros le m². Aucun arrondissement n’échappe désormais à ce mouvement, même si les corrections de prix sont moins sensibles dans le 13ème qui gagne encore 0,3 % sur ces trois mois et dans les 1er, 5ème, 11ème et 12ème qui limitent leurs pertes trimestrielles. Sur l’ensemble de la ville, les prix ont baissé de 1,3 % en trois mois pour s’établir à 7 493 euros. Sur un an, ils sont toujours en hausse de 1,7 % ».

Région parisienne : légère baisse trimestrielle
« Depuis le mois de septembre, le recul des prix de vente des appartements anciens dans les sept départements entourant Paris se poursuit à un rythme plus ou mois soutenu. Les départements qui résistent le mieux restent la Seine-Saint-Denis (- 0,2 %), le Val d’Oise (- 0,5 %), les Hauts-de-Seine (- 0,6 %) et la Seine-et-Marne (- 0,9 %). Dans ce dernier, il faut débourser 3 058 euros le m² en moyenne pour acquérir un bien ancien, soit 0,6 % de plus qu’en novembre 2007. Les décotes trimestrielles sont, en revanche, plus marquées dans les Yvelines (- 1,2 %) et l’Essonne (-~1,3~%). Dans ces deux départements, le recul annuel des prix dépasse désormais les 2,5 %. A fin novembre, l’Essonne, le département le moins cher de la région parisienne, est désormais accessible pour 2 861 euros le m² en moyenne ».

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.