Romainville, calme et pavillonnaire

Romainville, calme et pavillonnaire

Le hic ? Située à 3km de la Porte des Lilas, Romainville n’est pas desservie par les transports en commun, contrairement aux communes voisines : elle attend les prolongements du tramway, dans quelques années, de Noisy-le-Sec (RER E) vers Val de Fontenay (RER A) et celui, encore en discussion, de la ligne 11 du métro depuis Les Lilas. Sans compter l’ouverture vers 2013 d’une immense base de loisirs sur 66 hectares, en partenariat avec les communes de Noisy-le-Sec, Les Lilas et Pantin.

En attendant, pour ceux que la voiture n’effraie pas (d’autant que le stationnement est gratuit sur la commune), la ville est desservie au nord par la RN 3 et au sud par l’A3 et l’A86. La clientèle des villes limitrophes de Paris se déplace ici pour acquérir des appartements dans les immeubles années 30 du centre-ville entre 3 000 et 3 500 ¤/m² aux abords de la place Carnot. Là par exemple, un 4-pièces de 75 m², en bon état, vient d’y être acquis pour 220 000 ¤. Les investisseurs y dénichent des studios pour un budget de 80 000 ¤ et loués pour environ 500 ¤.

Mais surtout, les acquéreurs trouvent là un grand choix de maisons, de la meulière au pavillon plus récent en passant par d’anciens corps de ferme, pour des budgets aux alentours des 300 000 ¤. Villa Jules Ferry, une maison ancienne style loft avec de grandes hauteurs sous plafond, 3-pièces sur 70 m² et une grande cour, a trouvé acquéreur à 240 000 ¤. Côté Pantin, avenue des Bretagnes, une maison 1930 de 4 pièces de 100 m², avec garage et jardin sur 200 m² de jardin, est partie pour 380 000 ¤. Au sud de la commune vers Rosny-sous-Bois, les tarifs sont encore plus attractifs, 20 à 30 % moins élevés que dans le centre.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.