Pantin, prisé des Parisiens

Pantin, prisé des Parisiens

Ciné 104, Festival de Jazz, Centre National de la Danse, expositions, théâtre… La programmation culturelle de Pantin assure à la ville une bonne réputation. La ville attire également de grandes entreprises, à l’instar de BNP Paribas, qui devraient à terme transférer son siège dans les Grands Moulins, emblème de la ville. Pas étonnant alors, que la moitié de la clientèle soit parisienne et fasse partie des métiers du spectacle : les prix sont ici en moyenne 25 % moins chers que dans le 19ème arrondissement. Sans en perdre les avantages, car la ville est bien desservie, par 2 lignes de métro, 2 nationales et le RER E.

Néanmoins, la ligne 5 du métro reste la plus demandée. L’habitat y rajeunit au fur et à mesure des stations : Hoche offre de nombreux d’immeubles années 30, Eglise de Pantin propose un mélange d’immeubles des années 30 à 60, et Raymond Queneau dispose plutôt des constructions années 60 à 80. La fourchette des prix s’étend de 3 200 à 4 000 ¤/m² (uniquement pour les résidences haut de gamme) selon les années de construction et le type de surface : plus c’est petit, plus c’est cher !

Du coup, les délais de vente s’allongent, les stocks grossissent et les acquéreurs se font plus rares. Les budgets les plus serrés prospectent vers les Quatre-Chemins, en cours de réaménagement, entre 3 000 et 3 400 ¤/m². Les rares pavillons ouvriers (certains sont classés) sont à dénicher dans le petit Pantin, si l’on dispose d’une enveloppe de 350 000 ¤ environ pour 80 m² avec 3 chambres sur un jardin d’environ 200 m².

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.