Le 93, un département en pleine mutation

Le 93, un département en pleine mutation

Souvent décrié, le « 9-3 » n’en n’est pas moins l’un des départements les plus dynamiques de l’Ile de France. Les projets urbains se multiplient, sous l’influence des nouveaux arrivants, et la qualité de vie s’améliore progressivement.


Certes, l’image des banlieues difficiles a encore la vie dure. Insécurité, quartiers dégradés, chômage, immigration, troubles sociaux n’ont pas encore été vaincus. Mais la Seine-Saint-Denis est en pleine mutation grâce aux très nombreux projets urbains : habitat, transports, projets culturels, vie de quartiers et pôles de développement économique.
Au Nord, à Saint Ouen, Saint Denis et Aubervilliers voient des centaines d’hectares de friches se convertir en nouveaux quartiers, mêlant bureaux, habitations en accession à la propriété, logements sociaux, commerces et pôles culturels et sportifs (avec notamment la future Cité européenne du cinéma et le centre de natation olympique).
A l’est, les villes limitrophes de la capitale (Pantin, Les Lilas, Le Pré Saint Gervais, Bagnolet, Montreuil) s’affranchissent de la barrière du périphérique grâce aux réaménagements de certaines portes (Les Lilas, Bagnolet-Montreuil, etc.). Les communes de la seconde couronne font elles aussi de nombreux efforts en procédant à de nombreuses rénovations et aménagements (Rosny-sous-Bois, Bondy, Montfermeil, Le Blanc-Mesnil ou Romainville).

La Seine-Saint-Denis voit également son réseau de transports s’améliorer, notamment par la mise en place de dessertes périphériques qui n’obligent plus les usagers à transiter par Paris. En témoignent l’arrivée du tram-train T4, entre Aulnay sous Bois et Bondy, qui a permis de faire la jonction entre les lignes B et E du RER, tout en desservant de nouvelles communes, et les diverses prolongations de la ligne T1 : vers Garges-Sarcelles (fin 2010), Asnières-Gennevilliers (mi-2011), Epinay-sur-Seine et Villetaneuse (2011), Noisy-le-Sec, Romainville et Montreuil (2012). De même, plusieurs lignes de métro (12, 13 et 11) vont être prolongées.

Le front de l’immobilier, quant à lui, s’assagit après plusieurs années de hausses spectaculaires. Selon la Chambre des notaires d’Ile de France, à fin 2006 sur un an, les prix ont en moyenne progressé de 11 % pour les appartements (2 735 ¤/m² en moyenne) et de 11,3 % pour les maisons (avec un prix moyen s’élevant à 253 317 ¤) sur le département. Les deux villes les plus chères sont le Pré Saint Gervais et Les Lilas, le reste du département affichant des prix inférieurs à 3 500 ¤/m² en moyenne. Si la demande reste forte, notamment sur les petites surfaces, par les investisseurs et primo-accédants, sur les logements familiaux, les acquéreurs reprennent la main et n’hésitent plus à négocier les prix. Face aux prix élevés, des ajustements sont à prévoir, notamment sur les biens avec travaux qui trouvent plus difficilement preneur.

[(Remerciements : Chambre des notaires de Paris, LBI Immobilier, Wilson Immobilier, Tanguy Immobilier, Orpi Immo Canal, Ariane Immobilier, Immo Transac, Cabinet Chauvet, Laforêt Bagnolet, Era Montreuil, Era Rosny sous Bois, Lamy Gestrim Rosny sous Bois, Duo Transactions et Blanche Immobilier.)]

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.