Aubervilliers, le calme revenu

Aubervilliers, le calme revenu

Les projets d’aménagements urbains ne manquent pas non plus à Aubervilliers. La ville attend impatiemment la prolongation de la ligne 12 du métro, dont les travaux devraient démarrer à la fin de l’année. La première station, Proudhon-Gardinoux désenclavera le quartier Montjoie limitrophe de Saint Denis, la seconde les Berges du Canal (Pont de Stains) et la ligne devrait finir par relier le centre ville.

Après moult tergiversations, la ville devrait accueillir le futur centre nautique olympique, non loin du Stade de France, formant ainsi un véritable pôle sportif multidisciplinaire. Toujours en discussion, la Porte d’Aubervilliers, 22 hectares encore en friche, devrait accueillir en concertation avec la mairie de Paris une vaste zone commerciale et près de 750 logements. Le quartier Villette-Quatre chemins est lui aussi en cours de réhabilitation.

Le centre-ville fait lui aussi l’objet de rénovations, avec notamment la réhabilitation des abords du Parc Stalingrad, et reste le quartier le plus prisé. Dans l’ancien pour des immeubles années 30/40, les prix grimpent entre 2 800 et 3 200 ¤/m² pour les petites surfaces en bon état, mais les grands appartements trouvent difficilement acquéreur au-delà de 2 500 ¤/m². Vers le métro (ligne 7) et l’avenue Jean-Jaurès, les surfaces demeurent plus abordables, entre 2 000 et 2 500¤/m², dans des copropriétés années 60 et 70 plus ou moins bien entretenues. Enfin, près de la Maladrerie, les maisons des années 50 et 60 avec petit jardin et garage peinent à trouver preneur au-delà de 320 000 ¤.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.