Pénurie de logement : sommet de crise à l’Élysée

Pénurie de logement : sommet de crise à l’Élysée

Réaction de La FNAIM Paris Ile-de-France à l’annonce faite par le Président de la République pour répondre à la pénurie de logements en Ile-de-France : c’est un progrès mais il faut aller encore plus loin

La rencontre entre les responsables syndicaux et le Président de la République ce mercredi 18 janvier lors du sommet de crise à l’Elysée portait notamment sur le thème de la pénurie de logement. Lors de ces discussions, le Président de la République a partagé l’analyse de la Chambre syndicale FNAIM Paris Ile-de-France pour lutter contre la pénurie de logement.

Le Président de la République Nicolas Sarkozy a estimé ce mercredi que la France manque de logements et a proposé de favoriser la production de logement avec des mesures fortes qui devraient bientôt être annoncées. Si la FNAIM Paris Ile-de-France se félicite de cette intention de construire de nouveaux logements, elle considère que le Gouvernement peut encore aller plus loin en faisant du secteur privé un acteur du logement social.

Oui à la construction de logements neufs en Ile-de-France pour lutter contre la pénurie

La FNAIM de Paris Ile-de-France n’a eu de cesse de se mobiliser au cours de ces derniers mois pour revendiquer une nouvelle politique du logement pour réguler le marché, faire face à la montée des prix et résoudre le problème central de la pénurie de logements. Le principal problème est en effet la pénurie de l’offre de logements : on ne construit pas assez de logements en Ile-de-France. 35 à 45 000 logements se créent en moyenne tous les ans, là où il en faudrait 2 fois plus pour répondre aux besoins (70 000). Force est de constater que depuis les années 1970, les efforts de construction ont été sous-évalués et que la production de logements a été quasiment divisée par deux.

Encore un effort Monsieur le Président ! N’oublions pas le rôle social des bailleurs privés à Paris dans l’immobilier ancien

Construire des logements dans Paris est difficile. Il faut donc encourager et souligner l’importance du rôle social du secteur privé. Il est encore trop sous estimé en France et en Ile-de-France. Chaque année 430 000 logements sociaux seulement sont libérés contre 2 millions dans le parc privé. Les bailleurs privés, qui détiennent plus de 50% de l’offre locative à Paris, proposent aux locataires une offre fluide et disponible en attendant les 70 000 logements à construire chaque année quand le Grand Paris sera devenu réalité. La solution immédiate aux attentes des franciliens qui cherchent à se loger au cœur de Paris et de sa banlieue est bien entre les mains des bailleurs privés. Pour les mobiliser, reconnaissons leur enfin le droit à un véritable statut, le statut du bailleur privé. Il faut d’urgence soutenir l’investissement locatif privé et inciter les bailleurs à pratiquer des loyers intermédiaires ou sociaux en leur concédant une déduction spécifique sur leurs revenus fonciers. l’État pourrait ainsi, pour compenser cette aide en réduisant le montant des aides distribuées aux locataires accédant à cette offre nouvelle de loyers inférieurs au prix du marché . Le locataire pourra ainsi trouver plus facilement un logement pour un loyer accessible, le bailleur sera reconnu pour son rôle social et l’État aura contribué à développer l’offre de logement disponible immédiatement. C’est une proposition que défend depuis longtemps la FNAIM de Paris Ile-de-France et qui est sur le bureau du Secrétaire d’Etat au Logement, Benoist APPARU.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.