Les loyers en cours de stabilisation selon AVendreALouer.fr

Les loyers en cours de stabilisation selon AVendreALouer.fr

Selon le baromètre mensuel de l’offre et de la demande de locations établi par le site d’annonces immobilières AvendreAlouer.fr, les loyers se sont stabilisés ces dernières semaines dans les principales grandes villes françaises. « Les prix des loyers dans les annonces sont restés assez stables entre avril et mai avec de légères variations allant de – 1 % à + 1 %, soit à peine une poignée d’euros, dans 7 des 10 villes étudiées », indique AvendreAlouer.fr. De quoi rassurer les locataires, même si dans certaines villes, les évolutions sont plus marquées : les loyers proposés par les bailleurs ont baissé de 4 % à Nice, de 2 % à Marseille et de 1 % à Bordeaux, tandis que ceux de Montpellier ont augmenté de 2 %.

Pour les studios et 1-pièce, les loyers proposés sont inférieurs à 500 euros par mois, sauf à Paris où ils atteignent 801 euros et Nice à 501 euros. Nantes et Rennes disposent des loyers les moins chers à respectivement 394 euros et 388 euros. Dans la capitale, « pour la première fois, les loyers dans les annonces passent la barre des 800 euros pour louer un studio/T1 intra muros ! Un budget très conséquent pour une personne seule. Heureusement, les internautes parisiens aguerris effectuent leurs recherches avec un budget moyen de 850 euros leur permettant de ne pas passer à côté des annonces disponibles. A ce prix là, et compte tenu des conditions d’obtention actuelles d’un crédit immobilier, il n’est pas étonnant que les acheteurs potentiels soient très nombreux en ce moment », remarque Elie Curetti, Directeur Général de AVendreALouer.fr.

Pour les 2-pièces et 3-pièces, les villes les moins chères sont toujours Nantes et Rennes à 589 et 550 euros mensuels. La plupart des villes sont sous la barre des 700 euros par mois, mais il faut débourser 749 euros par mois à Lyon, 824 euros par mois à Marseille et 862 euros à Nice. Paris reste évidemment la plus coûteuse à 1 329 euros ! Alors que les budgets des locataires parisiens tournent plutôt aux alentours des 1 100 euros. Concernant les surfaces familiales, seules 4 villes sont sous la barre des 1 000 euros par mois, dont Rennes qui reste particulièrement abordable à 734 euros par mois, alors que les trois autres villes dépassent les 900 euros. Les 4 et 5-pièces parisiens sont bien évidemment les plus onéreux, proposés à 1 684 euros mensuels.

Dans les prochains mois, « avec la reprise du marché de la vente et une forte augmentation du nombre de transactions immobilières au 1er trimestre 2010, les prix de la location pourraient rester stables ou continuer de baisser dans les prochains mois, si toutefois les acquéreurs ne sont pas contraints à louer, faute de trouver un bien à acheter, remarque Elie Curetti. En effet, alors que toutes les conditions sont réunies pour vendre et que les taux de crédits sont historiquement bas, le marché de la vente manque cruellement de biens à acquérir ». Si les candidats à l’acquisition ne trouvent pas à se loger, les loyers pourraient alors, par effet de report, repartir à la hausse.

AVAL_mai2010_image480.jpg

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.