58% des Français se déclarent contre la taxation des revenus issus des locations entre particuliers sur des plateformes communautaires*

58% des Français se déclarent contre la taxation des revenus issus des locations entre particuliers sur des plateformes communautaires*

L’économie du partage bouleverse profondément nos modes de vie. Transports, hôtellerie, services… Cette nouvelle économie concerne tous les secteurs, aussi bien auprès des professionnels que des particuliers. Mais elle soulève aussi de nombreuses questions… comme en témoigne le rapport du député Pascal Terrasse. Ce rapport parlementaire propose, pour la première fois, différentes pistes pour encadrer l’économie collaborative et notamment sa fiscalité. Dans ce contexte, le Réseau immobilier Laforêt a souhaité interroger les Français sur ce sujet et plus particulièrement sur les plateformes communautaires immobilières : faut-il taxer les revenus générés par la location de meublés entre particuliers via ces plateformes ? La réponse divise !

58% des Français sont opposés à l’imposition des revenus issus des locations entre particuliers sur des plateformes communautaires…

Sans surprise, les opposants les plus nombreux sont les « jeunes » : environ 3/4 des répondants de moins de 34 ans se déclarent « contre ». A contrario, les plus de 55 ans, sont les plus favorables à une taxe (près de 59%).

Enfin, ces résultats sont homogènes sur quasiment tout le territoire, y compris en Île-deFrance : avec 57% d’opposants à cette taxe, Paris et sa région se situe dans la moyenne nationale.

2016-02-29_171456.jpgSelon Yann Jehanno, Directeur Exécutif du Réseau Laforêt : « En proposant leurs logements sur des plateformes communautaires, les propriétaires génèrent des
revenus locatifs et s’exonèrent des contraintes de la réglementation immobilière et parfois de la fiscalité. Si nous nous félicitons que le gouvernement s’intéresse à l’économie collaborative, nous craignons que la réponse apportée soit purement fiscale : il serait alors dommage de se cantonner au seul fait de savoir s’il faut pré-remplir les déclarations d’impôts, sans s’attaquer au sujet de fond…
Sur un marché locatif en pénurie, il est primordial de redonner une « âme de bailleur » aux particuliers aujourd’hui découragés par un cadre fiscal et réglementaire contraignant. Il faut mettre en place à la fois des règles du jeu acceptées et acceptables par tous !
»

 selon un sondage Laforêt réalisé par Toluna*

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.