L’architecte suisse Peter Zumthor lauréat du prix Pritzker

L’architecte suisse Peter Zumthor lauréat du prix Pritzker

L’architecte suisse Peter Zumthor a obtenu dimanche le prix Pritzker 2009, considéré comme le Nobel en matière d’architecture, en récompense d’une œuvre éclectique qui comprend des chapelles, des musées, des maisons de retraite ou encore des bains thermaux autour de sources d’eau chaude… Le jury Pritzker a rendu hommage à des structures intemporelles, se nourrissant des cultures dans lesquelles elles viennent s’intégrer, dans le plus complet respect de leur environnement : « Ses bâtiments ont une présence qui s’impose (…) nous prouvant encore et encore que modestie dans l’approche et audace dans le résultat ne s’excluent pas. L’humilité cohabite avec la force ».

A l’opposé des « starchitectes » hypermédiatisés, Peter Zumthor, 65 ans, se présente comme un inventeur de maisons et un auteur. Il travaille avec une équipe de 15 personnes dans son petit studio de la petite ville suisse de Haldenstein, refuse souvent les commissions et tient à superviser personnellement chaque projet de la conception à l’achèvement. « J’espère que ce prix donnera de l’espoir aux jeunes, qui se disent : Zumthor l’a fait, nous pourrions le faire aussi, construire la totalité de l’édifice, et pas seulement fournir des images ou des façades », a déclaré le lauréat depuis le village alpin où il travaille à la conception de potagers pour des maisons en bois qu’il a construites.

Parmi les oeuvres citées par le jury, on trouve le musée Kolumba de Cologne (Allemagne), érigé dans les ruines d’une église gothique détruite lors de la deuxième guerre mondiale, ou les Thermes de Vals, en Suisse, dédale de bassins entourés de béton et de la pierre des collines alentour. Apprenti ébéniste dans l’atelier de son père à Bâle avant d’étudier l’architecture, notamment au Pratt Institute de New York et de travailler dix ans comme architecte pour le canton des Grisons, il a créé son propre bureau en 1979. Son objectif ? Créer des bâtiments de la vie quotidienne, dont puissent aussi profiter des gens qui n’y connaissent rien en architecture : « Beaucoup de gens viennent me voir pour me dire : j’aime revenir dans vos immeubles, et plus je les regarde, plus je les aime », explique-t-il.

Peter Zumthor avait déjà reçu le prix Praemium Imperiale japonais en 2008 et la médaille d’architecture de la Fondation Thomas Jefferson de l’Université de Virginie en 2006. Il est devenu le deuxième lauréat suisse du Pritzker après Jacques Herzog et Pierre de Meuron, qui ont partagé le prix en 2001. Le prix, d’un montant de 100 000 dollars, lui sera remis officiellement en mai à Buenos Aires, en Argentine (avec AP).

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.