Immobilier : la valeur de la pierre remise en question

Immobilier : la valeur de la pierre remise en question

L’Institut de l’épargne immobilière et foncière a calculé la performance globale d’un logement, à partir du loyer et de l’évolution de son prix au cours de l’année. L’investissement locatif ou la revente d’un bien immobilier loué n’est pas toujours un acte gagnant ; si dans les années 1990 les prix augmentaient de 10 à 15% par an, ce n’est plus tout à fait d’actualité. Ainsi Marseille a connu une baisse très forte ces 4 dernières années. A Paris, la performance globale était même négative en 2009.

Une progression de l’investissement immobilier qui reste relativement rapide

Sur dix ans, un investissement immobilier réalisé à Paris a rapporté, en moyenne, 12,8% par an. Ce chiffre tient compte de la plus-value et des loyers nets encaissés. Par comparaison, sur la même période le placement actions a rapporté 3,2%, en incluant la variation des cours et les dividendes.

La performance de l’investissement immobilier de Paris n’est pas la meilleure

Marseille et Lyon affichent une performance dépassant 14% par an sur dix ans, donc supérieure à celle de Paris. Dans le même temps, les prix ont été multipliés par 2,9 à Marseille, par 2,7 à Lyon, contre un « simple » doublement à Paris.

Un essoufflement global attendu

Les hausses du chômage, des taux des crédits et de la fiscalité, limitent les perspectives. Aussi, la fin de l’abattement sur l’imposition de 10% par an sur les plus-values, hors résidence principale, consolide cette tendance à la baisse de la performance globale de l’immobilier. Lyon et Marseille sont donc appelées à suivre Paris, avec une performance globale négative.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.