Les diagnostics immobiliers, l’assurance d’une qualité de vie

Les diagnostics immobiliers, l’assurance d’une qualité de vie

Tout particulier ayant déjà procédé à une transaction immobilière le sait, la liste des diagnostics immobiliers à effectuer est longue et ne cesse de s’étoffer d’année en année. En attendant les diagnostics sécurité incendie et assainissement des eaux qui devraient voir le jour dans les mois ou années à venir (détecteurs de fumée obligatoire d’ici à 2012 avant la mise en place d’un diagnostic immobilier spécifique, diagnostic assainissement des eaux effectif dès le 1er janvier 2013), les propriétaires ont donc déjà fort à faire avec les certifications existantes.

Parallèlement au dossier de diagnostic technique répertoriant chaque diagnostic immobilier nécessaire à une vente ou une location (diagnostic termites, amiante, ERNT, diagnostic plomb, gaz et électrique et enfin diagnostic DPE), les particuliers ont également la possibilité, en fonction des besoins, de procéder à la réalisation de diagnostics annexes, certes non obligatoires, mais parfois indispensables.

Diagnostic état parasitaire (ou diagnostic mérules) : champignons lignivores, les mérules peuvent causer d’importants dommages aux composants bois d’un bien immobilier. S’il n’est pas obligatoire, la Fédération Interprofessionnelle du diagnostic immobilier (FIDI) préconise toutefois un dépistage pour tout bâtiment localisé dans une zone à risque.

Diagnostic prêt à taux zéro : crédit immobilier suscitant un nombre croissant de demandes, le prêt à taux zéro est toutefois soumis à certaines conditions d’obtention dont certaines portent notamment sur le bien immobilier concerné. Un diagnostic peut donc être soit proposé par l’établissement prêteur, soit initié par le particulier afin de vérifier l’adéquation du logement et du prêt immobilier.

Diagnostic radon : radioactif, ce gaz qui peut parfois se retrouver au sein des habitations serait à l’origine de 3000 à 5000 décès par an. Obligatoire pour tous les bâtiments accueillant du public, un diagnostic radon peut également être effectué sur un logement personnel.

Diagnostic légionellose : réalisé par un professionnel, une détection de la légionellose permet au propriétaire de s’assurer de l’absence de cette bactérie au sein de son logement. Nichant dans les canalisations, la légionellose est à l’origine de graves infections chez l’homme.

Diagnostic état des lieux : En accord avec la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain (SRU), un propriétaire proposant son logement à la location a l’obligation d’attester de la décence de son bien immobilier. Un locataire peut procéder à la réalisation d’un diagnostic état des lieux et, en fonction des résultats constatés, obliger le bailleur à améliorer le logement. Un logement décent « ne présente pas de risques pour la santé et la sécurité des locataires ».

Diagnostic technique SRU (mise en copropriété) : un immeuble construit depuis plus de 15 ans et destiné à être mis en copropriété doit au préalable faire l’objet d’un diagnostic immobilier spécifique. L’objectif d’un tel examen est avant tout d’assurer la sécurité des futurs occupants en garantissant la solidité du clos et du couvert, le bon état des canalisations collectives ainsi que des équipements de sécurité.

Voilà donc certains des diagnostics immobiliers non obligatoires qu’un propriétaire pourra être à même de faire réaliser. Il est à noter que chaque diagnostiqueur reste libre de proposer tout (voire plus) ou partie des diagnostics présentés ici. Si certains ne relèvent que d’une volonté d’information, d’autres s’avèreront toutefois essentiels à la qualité de vie procurée par le bien immobilier concerné.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.