Prêt immobilier : des décotes supplémentaires de taux au cas par cas !

Prêt immobilier : des décotes supplémentaires de taux au cas par cas !

Les baisses des taux de prêt immobilier continuent comme le confirme ce communiqué du courtier Empruntis. Pour certains profils, les banques sont capables d’appliquer des décotes supplémentaires par rapport aux meilleurs taux|Meilleur taux du marché. Consultez l’analyse du courtier Empruntis :

FAITS MARQUANTS :

 Des taux moyens encore en baisse sur toutes les durées, et particulièrement sur 30 ans (à
4,65 % contre 4,80 % le 1er août).

 Sur 15 ans, taux moyen : 3,45 %.

 Sur 20 ans, taux moyen : 3,85 %.

TAUX DU MARCHE :

 Ouest sur 15 ans avec 3,35 % et 3,45 % pour les régions Sud-ouest, Est et Nord.

 Sur 20 ans, la région Ouest détient toujours le record à 3,75 %, elle est rejointe dans le
classement par la région Nord. A l’inverse, la région Ile-de-France est toujours à 4 %. Les
autres régions, Méditerranée, Rhône-Alpes et Est voient leurs taux osciller dans cette
fourchette.

« Le mois d’août a été marqué par le retour des taux moyens sous la barre des 4 %. Une première
depuis 2010, confirme Maël Bernier, directrice de la Communication et Porte-parole chez Empruntis.com. L’Ile-de-France reste la seule région à afficher un taux moyen à 4 % ».

TAUX MINIMA :

« Nos partenaires bancaires continuent à appliquer d’importantes décotes, de sorte que les taux réels appliqués ne correspondent plus forcément aux barèmes qu’ils nous envoient. L’un de nos clients, dont le dossier était dans la moyenne, a obtenu une décote de 0,90 point sur son prêt de 25 ans ! Les taux restent à des niveaux extrêmement bas. Outre l’achat immobilier, les propriétaires peuvent également renégocier leurs crédits mais, pour que l’opération soit intéressante, il faut en être aux premières années de remboursement du prêt et bénéficier d’une différence de taux d’au moins 0,80 point. Compte tenu de la grave crise de confiance qui secoue la zone euro, impossible de savoir comment les taux évolueront à la rentrée. Il est néanmoins probable que les décotes appliquées par les banques seront moins importantes », conclut Maël Bernier.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.