Taux de prêt immobilier records en avril : belle fenêtre de tir pour emprunter

Taux de prêt immobilier records en avril : belle fenêtre de tir pour emprunter

Non ! Ce n’est pas un poisson d’avril tardif. Les taux ont de nouveau connu un vrai recul en avril, d’environ -0.12%. Avec cette baisse conséquente, les meilleurs dossiers peuvent désormais prétendre à des taux proches des records affichés en mai 2013 : 2,10% sur 10 ans, 2,50% sur 15 ans, 2,70% sur 20 ans et 3.10% sur 25 ans pour les bons dossiers.

Pour les emprunteurs, c’est une véritable fenêtre de tir, à ne pas manquer ! Car ces taux historiquement bas resolvabilisent enfin, mais pour quelques mois seulement, certains acquéreurs comme les primo accédants. Et ils donnent une seconde chance aux tenants de crédits plus anciens, qui avaient trop tardé à faire racheter leur crédit en 2013, de renégocier leur prêt immobilier à des taux ultra compétitifs.

dossier-credit.jpgSi les taux battent encore des records à la baisse, c’est qu’ils sont sous l’influence de l’OAT 10 ans toujours très bas. Au 12 mars dernier, sur les marchés obligataires, où sont fixés les taux d’emprunt d’Etat sur lesquels les banques se basent pour déterminer le niveau des taux fixes de crédit immobilier, le taux OAT s’établissait à 2.14 % après un recul de 0.35 % depuis le début de l’année. Fin mars, il tombait même à 2,05%, et ce, malgré les (mauvais) chiffres du déficit public.

Cette baisse de l’OAT, largement répercutée par les banques sur leurs taux de crédit immobilier, a permis de relancer la concurrence pour la conquête de clientèle. Parmi les profils recherchés, les jeunes couples de cadres et plus largement les primo accédants pour lesquels les banques développent des offres spécialement dédiées. Mais attention, car les banques, qui doivent aussi appliquer les nouvelles règles prudentielles, restent sélectives. Pas de crédit à 110%. Le plus souvent, un apport d’un minimum de 10% incluant les frais de notaires est requis. Les prêts relais, trop hasardeux, sont de plus en plus rarement accordés. Enfin, la qualité du bien financé est également prise en compte par les établissements prêteurs, inquiets d’une baisse des prix de l’immobilier. Logements atypiques s’abstenir…

Combien de temps cette embellie va-t-elle durer ? Vraisemblablement quelques mois encore. La remontée des taux, si elle se fait encore attendre, est inéluctable selon la majorité des experts du marché du crédit immobilier. Mais selon AB Courtage, les taux devraient a priori rester à des niveaux très bas jusqu’en octobre prochain. Même en cas de remontée de l’OAT, les banques – qui bénéficient actuellement de liquidités très importantes – pourraient laisser leurs taux inchangés ou de les augmenter graduellement pour soutenir leur conquête de clientèle.

Le premier cas nous paraît le plus probable avec une saison du crédit qui commence à peine et un deuxième temps fort du prêt immobilier attendu en septembre.

L’argent n’est pas cher et le restera sur 2014 !

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.