Taux de prêt immobilier : aucune tendance nette et claire

Taux de prêt immobilier : aucune tendance nette et claire

L’année 2014 débute sans réelle tendance nette affichée. En effet, nous observons tour à tour dans nos barèmes et selon les durées, des mouvements baissiers, stables mais également haussiers.

Ainsi le 10 ans et le 30 ans sont en baisse de 0,05% quand les 7, 15 et 25 ans restent stables et le 20 ans s’apprécie de 0,05%.

Un taux moyen sur 15 ans se négocie donc à 3,15%, 3,55% sur 20 ans, et 3,95% sur 25 ans.

Les minima restent à des niveaux équivalents, pas de changement pour les meilleurs dossiers avec des taux toujours inférieurs à 3% pour les durées inférieures ou égales à 20 ans.

dossier-credit.jpg« Nous observons donc des taux de crédit toujours très bas, mais l’absence de réelle tendance est assez révélatrice de la position actuelle des banques : d’un côté les taux directeurs, les fameuses OAT encore très basses et même en baisse (2,15% au 3 février) et de l’autre une volonté de garder des marges sur ce produit afin de rester en ligne avec les critères de Bâle 3. » Explique Maël Bernier, directrice de la communication d’Empruntis.com « Tout cela se traduit ainsi par un statu-quo de façade révélateur d’une vigilance bancaire sur leurs fonds propres mais également d’une surveillance entre les établissements afin de rester actif sur le marché sans prendre de risques non calculés, prêter oui mais pas à n’importe quel prix. » Résume Maël Bernier

Les taux variables : les taux variables sont globalement en hausse de 0,05%, un
écart fixe et variable qui se resserre de plus en plus nettement.

Les prévisions et recommandations d’Empruntis : Les taux des crédits restent donc très bas pour le moment et les moyennes sont globalement « plutôt » stables. « Nos prévisions restent cependant identiques de semaine en semaine : stabilité à court terme, jusqu’au printemps 2014, pour soutenir notamment le premier temps fort habitat de l’année avant une lente remontée des taux dans le courant de l’été, ce qui pourrait nous conduire à un niveau de taux flirtant avec les 4% sur 20 ans au dernier trimestre 2014. » Pronostique Maël Bernier. « Mais attention, ces prévisions sont sujettes à prudence car elles tiennent compte de l’influence grandissante de la dette de la France auprès des investisseurs étrangers, de la confirmation ou non de l’amélioration de la situation économique chez nos voisins européens, du retour de la titrisation, des banques qui pourraient vouloir conserver leur marge notamment si les assurances emprunteurs leur échappent un peu plus avec la mise en oeuvre de la Loi Hamon . Bref, plusieurs éléments dont il est encore trop tôt pour savoir quelle sera l’influence réelle de chacun. » Conclut Maël Bernier

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.