Rachat de plus de 1000 milliards d’euros de dette par la BCE : les taux devraient rester bas en 2015 et l’offre de crédit abondante

Rachat de plus de 1000 milliards d’euros de dette par la BCE : les taux devraient rester bas en 2015 et l’offre de crédit abondante

Comme attendu, la Banque Centrale Européenne a annoncé la mise en place d’un important programme d’achats de dettes pour plus de 1000 milliards d’euros. C’est la première fois que l’institution lance ce type d’opération appelée « quantitative easing » avec l’objectif de lutter contre la déflation et de relancer la croissance en Europe. Ces mesures devraient en outre contribuer à maintenir durablement les taux à un niveau historiquement bas tout en incitant les banques à prêter.

Le QE : un impact positif pour le crédit immobilier mais limité

dossier-credit.jpg« Ces mesures non conventionnelles ont pour objectif d’injecter de l’argent dans l’économie des pays concernés par les achats de dettes et d’inciter notamment les banques à prêter. Il y aura donc un effet sur l’offre de crédit et indirectement, via la baisse des taux d’emprunt d’Etats engendrée, sur les taux des crédits. Mais en France, les banques prêtent déjà des volumes importants à des taux très bas. Les conditions d’emprunts exceptionnelles vont donc perdurer avec encore un léger potentiel de baisse de taux. En réalité, il y a davantage un manque de demande que d’offre… Seul un retour de la croissance et de l’emploi pourra redonner du dynamisme et de la confiance au marché immobilier et pour cela la BCE ne peut agir seule » analyse Jérôme Robin, président fondateur de Vousfinancer.com

Lutter contre la déflation : un objectif important pour les emprunteurs

L’un des objectifs des mesures annoncées par la BCE est de lutter contre la déflation en injectant de la monnaie dans l’économie ce qui devrait engendrer de l’inflation (inférieure mais proche de 2% conformément à l’objectif de la BCE). Pour les emprunteurs, c’est plutôt une bonne nouvelle car la déflation est très négative. « Outre le fait que les prix de l’immobilier baissent et donc que le bien acheté perd de la valeur, dans un contexte de déflation, la mensualité du crédit voit sa valeur réelle augmenter. A l’inverse, en période d’inflation la valeur réelle des échéances diminue. En cela le crédit immobilier est un bon rempart contre l’inflation ! » analyse Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer.com.

2015-01-22_163236.png

Source : Vousfinancer.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.