Prêt immobilier : des taux bas, afflux de demandes de crédit

Prêt immobilier : des taux bas, afflux de demandes de crédit

Ce premier semestre 2014 plus dynamique a été suivi d’un été et d’un début d’automne très porteurs où l’intérêt des Français pour l’immobilier se manifeste à nouveau. Meilleurtaux.com enregistre en effet + 20% de dossiers déposés par rapport à la même période en 2013 (septembre).

2014, une année soutenue par les taux ?

dossier-credit.jpgDepuis le début du printemps, les barèmes bancaires ont enregistré des baisses notables portant les taux des crédits aux particuliers à des niveaux jamais atteints. 2014 restera l’année de tous les records. La baisse des taux directeurs (OAT et BCE) a permis aux établissements prêteurs de maintenir leurs marges tout en offrant des conditions de taux extrêmement intéressantes pour les emprunteurs.

2014-10-08_213242.gif
Source : meilleurtaux.com – taux hors assurance

« Ces niveaux de taux ont une influence directe sur la capacité d’emprunt et le coût des intérêts. Le coût d’un crédit pour un même emprunt a ainsi diminué de 25% en seulement une année et a été divisé par deux par rapport au point le plus haut en 2008 ! » explique Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com.

« Cette baisse des taux a un double effet positif : non seulement elle resolvabilise des emprunteurs, et nombre d’entre eux bénéficient de ces taux excellents. Ainsi, en septembre 2014, 2/3 des banques partenaires de Meilleurtaux.com proposaient sur 20 ans un taux hors assurance inférieur à 2,90% » ajoute Hervé Hatt, président de Meilleurtaux.com.

2014-10-08_213259.gif

La renégociation : de plus en plus de personnes concernées.

Avec le niveau des taux actuels, les règles traditionnellement admises pour donner un intérêt à la renégociation s’assouplissent. D’une part, certains crédits souscrits il y a déjà quelques années peuvent avoir intérêt à être renégociés malgré une période d’amortissement déjà notable, l’écart de taux étant important (près de 3 points sur une durée équivalente) ; d’autre part les crédits très récents, dont on pourrait penser que le capital amorti n’est pas assez important pour que le rachat absorbe les pénalités, sont finalement également concernés.

renegociation-credit.jpgPour réussir une renégociation, figurent trois éléments clés à prendre en compte :

1) bénéficier d’une différence de taux supérieure à 0,7 point,
2) être dans la première moitié de son prêt, idéalement le premier tiers
3) prévoir de conserver son bien encore quelques années afin d’amortir les frais liés à la renégociation.

2014-10-08_213316.gif

Les perspectives ?

« Nous n’anticipons pas de remontée des taux à moyen terme, en effet toutes les conditions sont réunies pour que les taux restent bas » pronostique Maël Bernier. Plusieurs explications à cela :

·La BCE meilleure gardienne du statu-quo

 Pas de remontée des taux sous peine d’impacter négativement la consommation des ménages.

 Les Etats européens ne peuvent pas, avec la croissance actuelle, se permettre une remontée des taux d’intérêt.

Une situation économique morose renforçant l’immobilisme

 Pas de réformes politiques d’envergure permettant une réelle relance.

 Pas d’amélioration du marché de l’emploi

Les envies d’achat : le retour d’une France de propriétaires ?

« Après un coup de frein au 1er semestre 2013, le nombre de projets d’acquisition est reparti à la hausse entre le second semestre 2013 et début 2014 mais nous observons grâce à notre nouvel outil cartographique des différences d’attractivité selon les villes» remarque Hervé Hatt (infos par ville slide 17 à 26 en pièce jointe)

Le classement des progressions de la demande d’achat par ville entre juillet 2013 et juin 2014

1) Bordeaux : +24%
2) Strasbourg : +20%
3) Lille: +22%
4) Lyon: +13,5%
5) Nantes: +13%
6) Toulouse : +9,5%
7) Paris et Marseille: +7,5%
9) Nice et Montpellier: +5,5%

2014-10-08_213120.gif

Paris retrouve un certain attrait avec une augmentation de la demande sur les deux derniers semestres : effet des taux bas, dans un bassin économique et d’emplois incontestable ?

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.