Les taux « semi-fixes » de prêt immobilier sur le devant de la scène

Les taux « semi-fixes » de prêt immobilier sur le devant de la scène

Tous les courtiers le constatent : la baisse des taux généralisée
d’intérêts sur les offres de prêts immobiliers se stabilise à des niveaux très bas. De cela résulte la diminution assez flagrante des écarts entre les taux d’intérêts fixes et variables.

C’est là que le « semi-fixe » entre en jeu !

Il est évident que le choix entre taux fixe ou variable se présente à tout acquéreur. Mais la conjoncture actuelle du marché s’avère plutôt jouer en défaveur des prêts à taux variable.

En effet, les taux ayant atteint un seuil assez bas, il semble désormais très probable qu’ils se dirigent vers une hausse.

Dans un tel contexte, le rapport risque/bénéfice attendu d’un crédit à taux variable n’est plus avantageux. D’après Maël Bernier (cité dans Boursier.com), directrice de la communication chez Empruntis, pour être intéressant un taux variable doit être affiché 1 point en dessous d’un taux fixe ; or, actuellement, la différence est de 0,2 à 0,4 point selon la durée d’emprunt (15 ou 20 ans).

Exemple : Pour un prêt à taux fixe sur 20 ans on est à 3,80% et pour un taux variable à 3,40%.

Astuce : le taux variable étant tout de même plus bas que le taux fixe, il peut permettre à certains acheteurs ayant un dossier « fragile » de le faire accepter. Le plus sécurisé étant d’avoir une offre capée à + 1% puisque cela permet de s’assurer que le taux d’intérêts ne dépassera pas un certain seuil.

Cependant, une étude réalisée par le réseau immobilier Orpi a démontré qu’en moyenne on reste propriétaire de son bien pendant 7 ans. Partant de ce constat, le prêt immobilier à taux semi-fixe peut se révéler la solution la plus avantageuse pour bon nombre d’acheteurs, particulièrement pour les primo-accédants car il peut permettre d’obtenir 0,5 point de moins maximum par rapport à un taux fixe.

Attention toutefois à bien prendre en compte deux paramètres essentiels si vous optez pour un taux semi-fixe : la stabilité de votre avenir professionnel et la capacité de revente du bien. Surtout dans le contexte immobilier actuel ! Et pas oublier non plus de bien “caper” votre taux variable.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.