Les taux de prêt immobilier continuent de baisser en mars

Les taux de prêt immobilier continuent de baisser en mars

Analyse de l’évolution des taux fixes par le courtier Empruntis : Les taux fixes des crédits aux particuliers ont continué à baisser dans le courant du mois de mars. Les durées entre 10 et 20 ans et même le 30 ans enregistrent des mouvements baissiers sur les moyennes de 0,05% ; preuve que la tendance générale est toujours à la stablité voire à la baisse, les autres durées restant au statu-quo. Les taux moyens affichés à 3,05% sur 15 ans et 3,40% sur 20 ans sont qui plus est supérieurs à la réalité du marché, la moyenne se situant en deça des 3% sur 15 ans et autour de 3,15%/3,20% sur 20 ans. « Concernant les très bons dossiers, les taux affichés globalement ne bougent pas, mais les décotes supplémentaires accordées font que nous ne cessons de battre des records. En effet, nous avons récemment obtenu un taux à 2,80% sur 20 ans pour l’un de nos clients disposant de revenus très confortables et d’une capacité d’épargne importante. » Témoigne Maël Bernier, directrice de la communication d’Empruntis.com.

2013-04-02_Taux-Empruntis.jpgAnalyse de l’évolution des taux variables par le courtier Empruntis : En baisse également ou stables mais toujours un intérêt limité en raison du faible écart avec les taux fixes.

Prévisions et recommandations d’Empruntis : Comme nous l’annoncions le mois dernier, les taux des crédits aux particuliers sont restés orientés à la baisse ou stables dans la courant du mois de mars.

« Pour le mois d’avril, nous ne voyons pas de changements majeurs, les OAT restant très basses, autour de 2%, les banques françaises continuent de bénéficier de conditions d’emprunt particulièrement attractives et par conséquent les particuliers en profitent. » Analyse Maël Bernier. « Qui plus est, dans un marché au ralenti où le candidat à l’acquisition se fait rare, une hausse des taux serait synonyme d’un blocage total des transactions, la position actuelle des taux très bas constitue en effet le seul élément positif qui maintient un niveau de transactions minimum. Si les taux venaient à augmenter même à des faibles niveaux, l’effet psychologique plus que réel d’ailleurs serait terrible. » Ajoute Maël Bernier.

Dernier argument en faveur d’un maintien des taux bas dans les prochaines semaines, « le mois d’avril est un des mois phares en termes de production de crédit (multiplication des salons notamment) et une banque qui déciderait de remonter ses taux se mettrait automatiquement hors-jeu, au risque donc de perdre des parts de marché importantes par rapport à ses concurrents très actifs et bien positionnés. » Conclut Maël Bernier En clair, un seul mot d’ordre : comparez, c’est le moment d’acheter…si vous le pouvez…

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.