Les salons de l’Immobilier pour faire des affaires ?

Les salons de l’Immobilier pour faire des affaires ?

Les salons de l’immobilier, comme le salon national de l’immobilier de Paris ou le salon Immotissimo de Lille, qui se tiennent ce week-end, sont souvent des évènements permettant aux banques de recruter de nouveaux clients. Elles ont, cette année, fait le choix de baisser leurs taux de crédit immobilier.

C’est aujourd’hui que commence le salon national de l’immobilier de Paris, Porte de Versailles. Ce sera vendredi au tour du salon de l’immobilier de Lille, Immotissimo, d’ouvrir ses portes. Et c’est justement le moment où les établissements bancaires choisissent de repasser à l’offensive, après une année 2011 marquée par un net durcissement des conditions de crédit. Profitant d’une moindre volatilité, les banques ont, en ce mois de mars, nettement abaissé leurs tarifs. Les taux proposés, après avoir baissé en début de mois, s’apprêtent de nouveau à baisser en avril, en amont des grands évènements que constituent les salons de l’immobilier. La majeure partie des banques ont en effet baissé leurs taux moyens de 15 points de base en moyenne sur les durées les plus courtes en début de mois, et semblent disposées, au vu des premières grilles communiquées par les établissements au titre du mois d’avril, de faire de même le mois prochain.

La BCE a calmé les esprits

Les deux opérations de refinancement à long terme menées en décembre et en février par la banque centrale européenne ont incité les banques à préparer des offres plus attractives en termes de crédit à l’habitat pour la période de mars-avril, qui constitue traditionnellement le premier temps fort de l’année immobilière.

« La période récente a vu une nette amélioration des conditions de crédit pour les emprunteurs, qui bénéficient de taux bien plus bas qu’en début d’année. Profitant des salons immobiliers qui se tiennent actuellement en France pour présenter des offres nettement plus attractives, de nombreuses banques ont décidé en cette fin de mois de mars de passer de nouveau à l’offensive, et ont ainsi bougé à plusieurs reprises leurs barèmes de taux à la baisse» indique ainsi Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.

Toutefois, même si les conditions tarifaires des banques se sont assouplies, elles restent malgré tout bien plus prudentes qu’il y a quelques mois. « La sélectivité reste de mise sur les dossiers, même si les taux ont, eux, baissé », indique Alban Lacondemine, qui précise qu’ « un apport reste un plus indéniable dans un dossier ». « Les banques sont en outre plus regardantes sur le critère des 33% d’endettement et sur la durée des prêts » conclut-il.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.