Le meilleur taux : difficile à obtenir même pour les meilleurs profils

Le meilleur taux : difficile à obtenir même pour les meilleurs profils

Montpellier remonte de la 3e à la 1ère place avec un taux négocié à 2,85 % sur 20 ans, alors que les taux de crédit augmentent dans 6 villes du classement. Les variations de prix, à la hausse et à la baisse, différent totalement d’une ville à l’autre mais Paris reste stable. En octobre, seules deux villes voient leur pouvoir d’achat immobilier augmenter : Montpellier et Toulouse.

Le meilleur taux négocié sur 20 ans en légère hausse à 2,85 % (contre 2,80 % en septembre)

dossier-credit.jpgEn octobre, les meilleurs taux négociés ont augmenté dans 6 villes sur 10 et n’ont baissé que dans une seule ville : Toulouse (3 % contre 3,05 % le mois précédent). À 3,15 % maximum sur 20 ans, les taux de notre palmarès restent à un niveau historiquement bas. Au mieux, on peut ainsi obtenir un taux à 2,30 % sur 15 ans à Nice, 2,85 % sur 20 ans à Montpellier et 3,15 % sur 25 ans à Strasbourg ou Nantes, sous conditions de revenus et d’apport.

À part Strasbourg qui se maintient à la 2nde place, toutes les villes dans lesquelles les taux ont augmenté ont perdu des places au classement. C’est notamment le cas de Nice, descendu de la 1ère à la 4ème place, où le meilleur taux négocié est passé de 2,80 % à 3 % en 1 mois.

« Après une relative accalmie en septembre, les banques ont de nouveau augmenté leurs taux de crédit en octobre, y compris pour les meilleurs profils. Si ce mouvement devrait se poursuivre d’ici à la fin de l’année, la récente baisse du taux de l’OAT 10 ans aux alentours de 2,40 % permet de rester optimiste et de réaffirmer que la hausse des taux devrait être très progressive » explique Sandrine Allonier, responsable des études économiques de meilleurtaux.com.

Un pouvoir d’achat immobilier en hausse dans deux villes seulement

En octobre, si les prix ont reculé dans 4 villes sur 10, ces baisses ont été compensées par la hausse de taux de crédit… Sauf à Montpellier et Toulouse où les acheteurs ont la possibilité d’acheter 0,5 m2 de plus qu’en septembre, pour une même mensualité de 1000 € sur 20 ans.

Parmi les villes dans lesquelles le pouvoir d’achat a reculé, c’est à Marseille que la baisse est la plus forte en raison de la hausse des prix (72,2 m2 contre près de 80 en septembre). « Si les prix ont globalement tendance a baissé en France, l’offre de logements restant inférieure aux besoins dans les grandes villes Françaises et les taux d’intérêt conservant un niveau très attractif, nous n’observons pas encore de réelle correction sur ces marchés qui restent dynamiques » conclut Hervé Hatt, président de Meilleurtaux.com.

Sources : Meilleurtaux.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.