Évolution des taux de prêt immobilier liée au Triple A

Évolution des taux de prêt immobilier liée au Triple A

Le courtier Empruntis nous le confirme, les taux de prêt immobilier sont en hausse, il nous explique en détail le mécanisme et donne les prévisions pour les prochains mois. « Comme nous le préssentions et l’annonçions le mois dernier, les taux des crédits aux particuliers ont amorcé leur remontée avec
des taux supérieurs de 0,05% à 0,10% selon les durées. Le taux moyen affiché par les banques se situe aujourd’hui à 4,05% sur 15 ans pour 4,00% le mois dernier et 4,35% sur 20 ans pour 4,25% à fin novembre. Si cette hausse est pour le moment modérée, il est important de dire que la grande majorité de nos partenaires bancaires nous annonce des hausses pour
les semaines à venir
. Reste à savoir quelle sera l’ampleur de cette hausse, car en effet, si certains nous parlent déjà de hausses supérieures à 0,20%, d’autres se montrent plus prudents évoquant un mouvement inexorablement haussier mais sans préciser sa teneur.

dossier-credit.jpg« Pour le moment, le niveau de taux bas est garanti par des OAT qui malgré une très importante volatilité restent autour des 3%, et un triple A qui nous permet encore de bénéficier d’excellentes
conditions d’emprunt sur les marchés. » ajoute Maël Bernier, porte-parole Empruntis.com .

Concernant les minima, ils sont globalement stables avec même quelques légères baisses observées ici ou là. « Si les banques redoublent de vigilance sur les dossiers dits « lambdas », elle restent très actives sur les très bons
dossiers. » Explique Maël Bernier.

Taux variables : Les taux variables enregistrent également des hausses comprises entre 0,05% et 0,10%, l’écart entre ces derniers et les taux fixes reste donc équivalent, toujours à 0,50%.

Prévisions et recommandations du courtier Empruntis : Les taux devraient donc continuer à augmenter doucement au cours des semaines à venir et cette hausse devrait rester modérée mais si et seulement si la France garde son triple A. Dans le cas contraire, les banques répercuteraient quasi-immédiatement dans leurs barèmes la hausse du coût de leurs propres emprunts et les taux des crédits aux particuliers s’en trouveraient rapidement impactés. Concernant les conditions d’octroi, elles ont été resserrées depuis l’été dernier mais on observe également depuis quelques semaines un élément nouveau avec la quasi disparition des durées longues comme le 30 ans et une distribution très prudente du 25 ans.

 Sources : Empruntis

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.