Été et taux immobilier : toujours en baisse

Été et taux immobilier : toujours en baisse

On ne s’attendait pas à de grands mouvements de taux cet été, il en a finalement été autrement en juillet. Les taux d’intérêt affichent de nouvelles baisses sur un mois (entre -0.05 % et -0.10 %).

Résultat, les durées de référence 15 ans et 20 ans s’établissent respectivement à 2.70 % et 2.95 % en moyenne. Les niveaux planchers continuent donc d’être battus.

dossier-credit.jpgAutre fait marquant : une baisse de 0.10 % sur un mois est observée sur la période 25 ans. Or, il s’agit d’une durée généralement souscrite par les primo-accédants. C’est donc le signe que les banques essaient de nouveau d’attirer cette catégorie d’acheteur.

Mais les primo-accédants ne sont pas les seuls à pouvoir bénéficier de conditions financières intéressantes. Des décotes supplémentaires peuvent être accordées à tous les profils d’emprunteur. L’explication ? « Les établissements de prêt sont loin d’avoir rempli leurs objectifs commerciaux, ils vont donc chercher à attirer de nouveaux clients. Et pour cela, ils proposent des réductions de taux supplémentaires de l’ordre de 0.20 % », justifie Thierry Bernard, président d’Empruntis.

Les prévisions et recommandations d’Empruntis : Crise au Proche-Orient et en Ukraine, déboires de la banque portugaise Banco Espirito Santo… Malgré un climat international tendu, les OAT – qui impactent les taux bancaires – n’ont pour l’instant pas flambé. Bien malin donc celui qui pourra prédire l’évolution des taux d’intérêt à la rentrée.

2014-08-11_230148.jpg En attendant, il est à noter en France un certain volontarisme de la part du gouvernement pour relancer un secteur immobilier grippé : refonte du PTZ+ et de la loi Duflot, simplification des règles de construction, mobilisation du foncier public…

On peut y ajouter la réforme de l’assurance-crédit, instituée dans le cadre de la loi Hamon. Depuis le 26 juillet, elle autorise les emprunteurs à souscrire une autre assurance dans un délai d’un an après la signature du prêt immobilier. Cette mesure va inciter les banques à s’adapter à la volonté générale et à proposer des solutions alternatives. Tout cela, au bénéfice de l’emprunteur.

Le conseil d’Empruntis : nous avons déjà maintes fois évoqué ce sujet mais il nous paraît important d’insister dessus : les ménages déjà propriétaires peuvent eux aussi profiter des taux bas en renégociant leur crédit immobilier.

Le contexte actuel est également favorable au transfert de crédit. Cette formule permet à un emprunteur, lorsqu’il souscrit un crédit immobilier, de maintenir ses conditions financières lors de sa prochaine acquisition. Car rien ne garantit que d’ici 6 ou 7 ans, les taux seront aussi bas.

Les emprunteurs doivent donc absolument privilégier les établissements qui accepteront de conserver leurs conditions de prêt.

Enfin, dernier point sur lequel nous insistons : l’assurance emprunteur. Avec le niveau bas des taux d’intérêt, son coût devient proportionnellement plus important. Nous ne pouvons donc qu’inciter les emprunteurs à négocier leur assurance de prêt, avec leur banque ou un autre établissement.

sources : Empruntis

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.