En façade les taux sont stables, dans le détail, Empruntis observe des décotes

En façade les taux sont stables, dans le détail, Empruntis observe des décotes

L’analyse des taux du courtier Empruntis : «~Ce mois-ci nous avons choisi un chapô volontairement ambigu afin d’expliquer le décalage entre les chiffres affichés dans nos baromètres et la réalité des taux pratiqués par les organismes bancaires. « En effet, les taux pratiqués par les banques sont inférieurs en moyenne de 0,20% à 0,30% aux taux du marché affichés et ce, pour un dossier moyen. » Explique Maël Bernier, directrice de la communication d’Empruntis.com.~»

2013-06-03_133908-Taux-credit-immobilier-.jpgPourquoi cette différence ? Tout simplement parce que la pratique actuelle est la suivante : les décotes se font en agence bancaire sur les dossiers que nous leur transmettons. « Ainsi, un dossier moyen sur 20 ans obtiendra aisément 3,15%/3,20% et le même dossier « moyen » sur 15 ans passera sans difficulté sous la barre des 3% autour de 2,95%/2,90% » ajoute-telle. Par dossier moyen, nous entendons des revenus moyens mais pas haut de gamme, un apport minimum (autour de 10%) mais évidemment un endettement inférieur à 33%.

Concernant les taux réservés aux meilleurs dossiers, nous ne cessons de battre des records, « ainsi un de nos conseillers a récemment obtenu pour un très bon profil un taux de 2,40% sur 20 ans en fixe et il est très fréquent de négocier des taux autour de 2,70% pour ces très bons dossiers. » Selon Maël Bernier

Taux variables : Comme les mois précédents, le taux variable ne présente dans la très grande majorité des cas que très très peu d’intérêt. L’écart de taux avec les fixes étant presque nul.

Les prévisions et recommandations du courtier Empruntis : Comme nous l’anticipions le mois dernier, la banque Centrale Européenne a abaissé son principal taux directeur à 0,50% début mai, abaissant ainsi le coût de l’argent dans la zone euro. Qui plus est les OAT restent inférieures à 2%, aucune raison donc que les taux remontent dans les semaines voir les mois qui viennent. Les derniers barèmes que nous recevons et autres informations que nous transmettent les banques confirment d’ailleurs que les taux vont rester à ces niveaux exceptionnellement bas. « Pour l’emprunteur, comme nous ne cessons de le répéter depuis des mois, la situation est exceptionnelle et les conditions de financement hors norme, malheureusement, la montée du chômage, la situation économique de la France et la sinistrose ambiante ont plus de poids que les taux bas. » Explique Maël Bernier. « En d’autres termes, sans reprise de l’emploi, pas de reprise réelle du marché immobilier. » Conclut-elle.

Source : Empruntis

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.