De AAA à AA+ : quid des emprunteurs et impacts sur les crédits ?

De AAA à AA+ : quid des emprunteurs et impacts sur les crédits ?

Le Courtier Empruntis nous livre ses réflexions suite à la perte du Triple A par la France et ses impacts possibles sur le marché du crédit immobilier: Beaucoup de bruit, de rumeurs, mais cette fois ça y est, c’est officiel, la France ne bénéficie plus de la meilleure note et a perdu son triple A au profit d’un AA+. Au-delà de cette annonce effectuée vendredi par l’agence de notation S&P, quelles seront les conséquences sur les crédits aux particuliers?

dossier-credit.jpg « Malheureusement, il y aura des conséquences pour les particuliers car un Etat qui emprunte plus cher, cela signifie des banques qui se financent également à des taux plus élevés, et donc, par effet domino, des taux proposés aux particuliers également plus élevés. » Explique Maël Bernier, Directrice de la communication d’Empruntis.com.

« Concrètement, cela signifie que l’Etat Français qui emprunte aujourd’hui à des taux autour de 3,00% pourrait se voir proposer des taux autour de 3,50%/4,00% en raison de son déclassement. Pourquoi ? Tout simplement parce que lorsqu’un créancier est classé à risque, les prêteurs lui font moins confiance et sont moins enclins à prêter, les taux des prêts augmentent donc en fonction. » Explique Maël Bernier « L’État français empruntant plus cher, les banques aussi et particulièrement celles qui sont mal notées, les taux des crédits aux particuliers pourraient donc s’apprécier d’ici quelques mois (fin
juin maximum) de 50 points de base, soit des taux moyens autour de 4,70% sur 20 ans versus 4,20% aujourd’hui.
» ajoute Maël Bernier.

Il faut quand même rappeler que l’emprunteur français malgré la nouvelle place peu favorable de la France continuera de bénéficier des taux parmi les plus bas de l’Europe et encore en dessous des taux pratiqués à l’automne 2008. « Mais cette annonce ne va pas dans le bon sens car les banques qui ont déjà commencé à accroitre leur vigilance sur l’octroi des crédits aux particuliers vont redoubler de prudence afin de ne pas augmenter leur exposition aux risques. » Conclut Maël Bernier.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.