Crédit immobilier : prudence bancaire élevée et stabilité des taux

Crédit immobilier : prudence bancaire élevée et stabilité des taux

Le mois de février, redonne un peu d’oxygène aux emprunteurs : les taux marquent enfin le pas, et baissent même parfois dans certaines régions, notamment sur les durées de 15 et 20 ans.

Chose qui n’était plus si courante ces derniers mois, les établissements prêteurs ont immédiatement répercuté la chute de l’OAT 10 ans qui s’établit désormais à 3.09 % au 31 janvier contre 3.40 % en tout début d’année.

Cette baisse de taux s’applique principalement sur les durées de 15 et 20 ans.
Les durées de 25 et 30 ans enregistrent quant à elles des taux extrêmement dissuasifs.

En effet, avec la baisse programmée des prix de l’immobilier, nos banques partenaires jugent le risque élevé sur ces durées supérieures à 20 ans. L’explication est toute simple : sur 25 et 30 ans, l’emprunteur ne rembourse que très peu de capital pendant les 1res années de son crédit. Or, dans le cas d’une revente à court terme combinée à une éventuelle baisse des prix, l’établissement prêteur ne pourrait se rembourser sa créance.

Nous retrouvons ainsi une vigilance encore accrue des banques. Dans ce contexte, ces dernières pourraient bien être tentées de reconstituer leurs marges en augmentant les frais bancaires. Prudence est mère de sureté dit-on. Mieux, chez AB Courtage, la devise : « Soyez vigilants, comparez, le meilleur taux n’est pas toujours la meilleure offre».

À ce jour, les emprunteurs peuvent prétendre à des taux moyens de :

 3.95 % sur 15 ans,

 4.20 % sur 20 ans,

 4.45 % sur 25 ans.

Des taux encore très attractifs, mais pour combien de temps encore

 Sources : AB Courtage

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.