BCE : toujours le Statu Quo

BCE : toujours le Statu Quo

La BCE n’a pas touché, jeudi dernier, à ses taux d’intérêt directeurs. Le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt restent inchangés, à respectivement 1,00 %, 1,75 % et 0,25 %. Le président de l’institution, Mario Draghi, s’est exprimé sur la prochaine opération à trois ans que la BCE va effectuer le 29 février prochain. Son montant pourrait être voisin de celle réalisée le 20 décembre dernier, qui avait atteint 489 milliards d’euros. Il s’est, sur le même sujet, montré préoccupé par le ralentissement du crédit bancaire. La BCE a donc décidé d’assouplir, pour 7 banques nationales, dont la Banque de France, les règles d’éligibilité des collatéraux présentés par les banques commerciales pour se financer auprès de la BCE.

Au sein de ceux-ci, les prêts immobiliers résidentiels aux particuliers sont éligibles, a précisé un peu plus tard la Banque de France, sous réserve d’être assortis d’une hypothèque, d’un privilège de premier rang, d’une garantie ou d’un cautionnement par un établissement de crédit ou une entreprise d’assurance. Ceux-ci doivent en outre respecter certains critères supplémentaires, à savoir un contrat de prêt de droit français et une maturité résiduelle supérieure à un mois. D’autre part, la BCE a précisé que l’inflation pourrait, dans quelques mois, passer sous les 2%, ce qui constitue l’objectif à moyen terme de l’institution. Une croissance anémique et une inflation en nette décrue suggèrent un biais plutôt baissier sur les taux courts. Un passage des prix à la consommation en zone euro sous la barre des 2% pourrait ainsi redonner, dans les prochains mois, des marges de manoeuvre à l’institution, jusqu’ici amoindries.

 Sources : Alban Lacondemine PDG Emprunt Direct

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.