Taux de prêt immobilier : arrêt des baisses ?

Taux de prêt immobilier : arrêt des baisses ?

Les observations du courtier Empruntis.com au niveau des taux fixes : Les taux fixes des crédits aux particuliers sont restés dans le courant du mois de juin relativement stables et les banques ont continué de pratiquer des décôtes notables par rapport aux taux affichés dans leurs barèmes. « Un taux moyen s’est donc négocié autour de 3,15%/3,20% sur 20 ans et autour de 2,90% sur 15 ans. Les banques ayant en effet, continué à bénéficier de conditions de financement attractives, elles les ont appliquées aux taux des particuliers emprunteurs. » Explique Maël Bernier, Directrice de la communication. « Du côté des minima, les records atteints au mois de mai avec des taux inférieurs à 2,50% pour des excellents dossiers sur 20 ans et inférieurs à 2% pour les durées égales ou inférieures à 10 ans sont restés d’actualité et nous avons résussi à obtenir des conditions tout simplement époustouflantes. Mais rappelons que ces « excellents dossiers » sont constitués à minima de 30% d’apport et concernent des personnes disposant de revenus nettement supérieurs à la moyenne nationale. Tout le monde ne peut pas accéder à ce type de taux records, il faut présenter de sérieuses garanties d’épargne. » Ajoute-telle.

Taux variables : Comme les mois précédents, le taux variable ne présente dans la très grande majorité des cas que très très peu d’intérêt. L’écart de taux avec les fixes étant presque nul et qui plus est ce type de produits n’est que rarement proposé par les établissements bancaires.

Les prévisions et recommandations d’Empruntis.com
: « Nous sommes en droit pour la première fois réellement de nous poser la question, car les indicateurs macro que nous recevons ont changé d’orientation entre fin mai et fin juin » Explique Maël Bernier. « En effet, les OAT sont repassées en l’espace de quelques semaines d’une moyenne avoisinant les 1,80% en mai à des taux flirtant avec les 2,45% à fin juin, les banques qui suivent ces OAT à la lettre pour fixer les taux fixes des particuliers ont donc toutes les raisons de répercuter cette hausse. Par ailleurs, les banques profitent quasi-traditionnellement de la période estivale pour remonter les taux des barèmes (exception notable l’an passé) ; et troisième argument corroborant cette option de hausse à venir, les premiers barèmes reçus fin juin font état d’une hausse de 0,10% en moyenne,» Note Maël Bernier, « mais nous n’avons pas encore reçu l’intégralité des informations de la part de l’intégralité des banques. » Nuance-t-elle. « Il faut donc rester prudent et ne pas crier « au loup » trop vite car si les taux augmentent pour la première fois depuis 1 an, une hausse de 0,10% se traduirait dans la réalité par des taux toujours inférieurs à 3,40% jusqu’à 20 ans. Pour rappel au mois de juillet dernier, ces mêmes taux se situaient autour de 4%. » Rappelle Maël Bernier. « Néanmoins, on ne saurait que trop conseiller aux emprunteurs ayant des dossiers en cours de ne pas retarder leur opération car il semblerait bien que cette fois, le plancher soit vraiment atteint. » Conclut Maël Bernier.

 Sources : Empruntis

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.