Statu Quo des taux de prêt immobilier

Statu Quo des taux de prêt immobilier

Analyse de l’évolution des taux de prêt immobilier par le courtier Empruntis : Globalement les taux fixes des crédits aux particuliers sont restés stables ou très légérement en baisse dans le courant du mois de février. Les durées 20 et 25 ans affichent encore de légères baisses de l’ordre de 0,10% à 3,45% sur 20 ans et 3,90% sur 25 ans. Dans les faits, ces baisses factuelles sur les moyennes ne changent pas grand-chose car les taux réels accordés aux particuliers se situent toujours autour de 3,20% sur 20 ans et 3,60% sur 25 ans. « Les conditions d’emprunt restent donc exceptionnelles et les candidats à l’acquisition disposent de taux de crédits records. » Rappelle Maël Bernier, directrice de la communication d’Empruntis.com « A titre anecdotique (peu de gens empruntant sur des durées très courtes), nous négocions aujourd’hui pour des durées inférieures à 7 ans des taux en dessous des 2% en fixe ! » Souligne Maël Bernier.

Au niveau des taux variables : les taux variables sont en baisse généralisée, mais malgré cela, l’écart des taux reste trop faible avec les taux fixes sur une durée équivalente. La différence se situe autour de 0,20%/0,30% alors qu’il faut près d’un point pour que cela vaille le coup.

Les banques continuent en effet d’emprunter à des taux très bas sur les marchés (OAT à 2,15%) et prêtent ainsi à des taux très bas aux particuliers.

Pourquoi cette situation ? « Paradoxalement la crise italienne profite à l’Etat français et donc aux banques françaises. Les investisseurs qui se méfient de la situation italienne n’ont finalement d’autres choix dans la zone euro que d’investir en Allemagne ou en France, seuls pays à garantir un risque limité mais un rendement qui reste intéressant, contrairement à l’Italie qui présente désormais un risque beaucoup trop élevé. C’est donc aussi simple que cela, la France bénéficie de la méfiance des investisseurs à l’égard de l’Italie. Aussi, tant que la situation italienne ne sera pas clarifiée avec un gouvernement stable et surtout qui continue de s’engager sur les réformes budgétaires, la France restera une place de choix, pour le moment, pour les investisseurs. Effet domino, si les investisseurs sont nombreux à prêter à la France, les banques empruntent facilement sur les marchés et les taux auxquels elles empruntent restent très bas, le particulier en bout de chaîne se voit ainsi proposer des taux très bas : CQFD. » Explique Maël Bernier, directrice de la communication d’Empruntis.com.

 Sources : Empruntis

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.