Renégociation de crédit : les règles du jeu changent aujourd’hui

Renégociation de crédit : les règles du jeu changent aujourd’hui

21e Observatoire du Crédit Immobilier meilleurtaux.com : Taux au plus bas : et si ça continuait ?

Un deuxième semestre 2014 très dynamique et un début d’année très prometteur avec + 35% de demandes de financement d’acquisition déposées sur notre site (par rapport à janvier 2014). Une renégociation toujours aussi attractive et de nouvelles opportunités liées à la faiblesse record des taux de crédit.

Taux au plus bas : et si ça continuait ?

dossier-credit.jpg2015 démarre très positivement avec près de la moitié des barèmes bancaires reçus en janvier qui affichent des baisses. Tous les dossiers, excellents comme moyens, bénéficient en effet de ces mouvements baissiers sur l’ensemble des durées y compris le 30 ans. Cependant l’écart de taux est plus marqué entre le 25 ans et le 30 ans qu’entre les autres durées.

Pas de changements du côté des conditions d’octroi qui restent identiques : « Nous n’observons ni resserrement, ni assouplissement des conditions d’octroi » explique Hervé Hatt, président de Meilleurtaux.com. « L’apport de 10% reste la règle, malgré quelques exceptions sur des jeunes cadres évolutifs avec financement d’un bien dit de « grande consommation immobilière. » ajoute Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com

2015-02-03_141503.png
Source meilleurtaux.com – taux moyens hors assurance

« Ces niveaux de taux permettent des gains étonnants pour les emprunteurs avec un coût du crédit, pour un emprunt moyen de 200 000€ sur 20 ans, qui a perdu 30% en deux ans et 25% en une année ! » explique Hervé Hatt, « Ce qui représente également pour une capacité d’emprunt de 1000€ un gain de 13 000€ entre janvier 2014 et janvier 2015, soit 5 m² de gagnés avec un prix au m² de 2500€. » ajoute Maël Bernier.

2015-02-03_141558.png

Cette baisse de taux exceptionnelle redonne du pouvoir d’achat mais de manière très inégale selon les villes, « ainsi la surface finançable peut varier du simple au quadruple à iso revenus. » remarque Hervé Hatt.

2015-02-03_141619.png

Renégociation de crédits : les règles du jeu changent aujourd’hui

Le niveau de taux actuel est tel qu’il remet en cause les fondamentaux traditionnellement admis. « En effet, il n’est aujourd’hui plus nécessaire d’être dans la première moitié de son prêt pour que l’opération soit rentable, à contrario, un prêt très récent (moins d’un an) peut avoir intérêt à une renégociation. » explique Maël Bernier

Les gains moyens réalisés par rachat de crédit selon l’année de souscription
(emprunt initial de 200 000€ sur 20 ans hors assurance, dans une banque concurrente, pénalités et garanties incluses, rachat en janvier 2015)

Le gain moyen toutes durées confondues s’établit à 16 900€ à mensualité équivalente (frais inclus).

Renégociation par région : seule une minorité est passée à l’action

Beaucoup d’emprunteurs n’ont pas bougé, seuls 24% des crédits concernés ont fait l’objet d’une demande de renégociation avec des différences régionales importantes.

« Alors que nous pensions que la grande majorité des personnes concernées avaient déjà procédé à une demande dans le but de renégocier leur prêt en cours, nous constatons avec surprise que beaucoup de personnes n’ont pas encore bougé et c’est encore plus vrai dans certaines régions que d’autres. » commente Maël Bernier.

2015-02-03_141903.png

2015 : l’année du vrai redémarrage ?

« La demande est de retour avec des taux bas qui boostent non seulement les renégociations mais également les acquisitions (+ 35% de demandes de financement liées à l’acquisition, avec compromis signé, déposées sur notre site par rapport à janvier 2014) » explique Hervé Hatt. « Ensuite, les objectifs des banques sont ambitieux et quelques fois même supérieurs à 2014 avec, comme seul outil de captation de nouvelle clientèle, le crédit immobilier, la faiblesse des taux ne leur permettant pas d’être attractifs sur l’épargne. » ajoute-t-il.

« Par ailleurs, l’action récente de la Banque Centrale Européenne garantit aux banques un accès facilité et à bas coût aux liquidités, ce qui laisse présager que les taux vont rester très bas et sans doute encore baisser dans les mois à venir. » anticipe Maël Bernier « La barre des 2% pour les moyennes pourraient ainsi être franchie dans les mois qui viennent » prévient-elle.

« L’année 2015 pourrait donc être l’année de la reprise, la seule menace vient en effet de l’emploi et de la précarité des contrats de travail, car du côté des banques, les feux sont au vert. » conclut Meilleurtaux.com

 Source : Meilleurtaux.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.