Hausse des taux de prêt immobilier confirmée par Empruntis

Hausse des taux de prêt immobilier confirmée par Empruntis

Observation du courtier Empruntis sur les taux fixes : Comme nous l’anticipions le mois dernier et fidèles à la « tradition estivale » (exception faite de l’année passée), les banques ont dans un mouvement quasi-général remonter leurs barèmes dans le courant du mois de juillet. Les taux affichés aujourd’hui ont donc subi des hausses comprises entre 0,10% et 0,15% selon les durées. Un taux moyen sur 15 ans se négocie ainsi autour de 3,10% quand il se situait plutôt autour de 2,95% début juin. « La réalité aujourd’hui, au-delà de ces moyennes faciales, est que nous avons plus de difficultés qu’auparavant à obtenir de grosses décotes. » Explique Maël Bernier. « Il y a deux mois, il existait une grosse différence entre les barèmes affichés et ce que nous obtenions en réalité pour la majorité des dossiers, il n’était pas rare en effet de négocier des taux inférieurs de 0,50% aux taux affichés par la banque. Aujourd’hui cette marge de manoeuvre s’est réduite autour de 0,20%/0,30%. » Ajoute-t-elle. « Ce qui rappelons-le permet encore de se financer à des taux exceptionnels car les précédents records de 2010 se situaient autour de 3,50% sur 20 ans, nous sommes donc encore en deça. » Note Maël Bernier.

Du côté des taux minima affichés, pas de changement en revanche, exceptée une baisse notable de 0,20% sur le 25 ans. Les meilleurs dossiers restent donc épargnés par ce mouvement haussier.

Les prévisions des taux du courtier Empruntis pour la rentrée : Les taux directeurs (OAT) s’étant stabilisés autour de 2,25% au mois de juillet contre 2,45% fin juin, les taux auraient dû baisser ou à minima se stabiliser, donc pourquoi cette hausse ? Tout simplement parce qu’il s’agit d’une période plus calme pour les banques qui ont en réalité du mal à traiter les dossiers en raison des périodes de vacances et l’augmentation des taux sert de variable d’ajustement pour la production. « En conséquence, il ne faut pas déduire de cette hausse estivale le signe d’un mouvement annonciateur pour la rentrée. Les taux ne vont pas bondir de 50 points de base d’ici la fin de l’année ou alors ce serait en réaction à l’aggravation brutale du contexte économique déjà mauvais. » Explique Maël Bernier. « Qui plus est, le mois de septembre marque le début de ce qu’on appelle le second temps fort habitat de l’année, moment où les banques relancent leur production pour répondre à la demande d’acquisition de l’automne. » Conclut-elle.

Source : Empruntis

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.