Étude April assurance emprunteur : 1 jeune sur 3 pense que l’assurance de prêt est facultatif

Étude April assurance emprunteur : 1 jeune sur 3 pense que l’assurance de prêt est facultatif

Immobilier : les jeunes primo-accédants et l’assurance de prêt : À l’occasion du lancement d’une offre exclusive d’assurance de prêt dédiée aux jeunes primo-accédants, APRIL a mené l’enquête avec l’IFOP1 pour mieux appréhender le marché de l’assurance de prêt et ce qu’en perçoivent les jeunes français. En effet, la règlementation de l’assurance emprunteur (loi Lagarde 2010 et loi Hamon 2014) offre aux particuliers de nouvelles possibilités pour faire jouer plus facilement la concurrence lors de la souscription d’un prêt immobilier et réaliser ainsi des économies. Avec l’offre innovante d’APRIL Santé Prévoyance, filiale du groupe APRIL, ils peuvent économiser jusqu’à 10 000 € sur le montant de leur assurance de prêt. dossier-credit.jpgPourtant, le marché de l’assurance de prêt reste dominé à 85 % par les banques2, alors qu’il existe d’autres acteurs. Pourquoi ? C’est la question soulevée dans cette étude par APRIL et l’IFOP.

27 % des jeunes de 25 à 35 ans ont l’intention d’acheter un logement principal en 2015 !

Les primo-accédants sont une cible à privilégier cette année : 18 % des jeunes de 18-35 ans prévoient en effet d’investir dans un logement principal en 2015. Une proportion plus élevée (27 %) chez les 25-35 ans – qui peut s’expliquer notamment par la baisse des taux d’intérêt permettant aux jeunes d’augmenter leur capacité d’emprunt tout en s’engageant sur des mensualités raisonnables. Pour répondre à cette problématique, APRIL Santé Prévoyance a conçu un produit d’assurance de prêt dédié aux jeunes de 18 à 35 ans, permettant de réduire le coût global de leur projet et donc d’augmenter leur pouvoir d’achat. « Notre contrat Assurance de Prêt 18-35 ans est conçu pour répondre aux attentes et au mode de vie des moins de 35 ans : un prix très compétitif pour réduire le coût global de leur projet, des garanties simples, packagées mais très protectrices et une souscription rapide, full on line. » précise Roger Mainguy, Directeur Général d’APRIL Santé Prévoyance.

L’assurance de prêt est mal connue des jeunes

Près d’1 jeune sur 3 pense que l’assurance de prêt est facultative

« Aucun texte ne prévoit expressément que l’on doive souscrire une assurance de prêt lorsque l’on contracte un crédit immobilier. Pour autant, à moins d’un apport très conséquent par rapport au montant du crédit demandé, l’ensemble des banques demande de souscrire une assurance de prêt, pour protéger l’établissement bancaire
mais aussi l’emprunteur lui-même, en cas de coup de dur. Il s’agit là d’une vraie sécurité.
» commente Roger Mainguy. La proportion des jeunes (30%) qui pense qu’elle est facultative révèle donc une méconnaissance quant à la réalité des faits.

70 % ne connaissent pas son coût…

En demandant aux jeunes d’estimer le coût d’une assurance de prêt sur la base d’un emprunt de 150 000 € sur 20 ans, 21 % pensent qu’il est inférieur à 1 500 €, 49 % qu’il se situe entre 1 500 € et 5 000 €, 22 % entre 5 000€ et 10 000 € et seulement 9% au dessus de 10 000 €. Pourtant, sur cette base de crédit, en fonction de l’âge,
de la profession et des habitudes de vie, le montant moyen d’une assurance de prêt contracté en banque varie entre 5 520 € et 12 600 € 3.

Pour cet exemple de crédit de 150 000 € sur 20 ans, contracté par un jeune cadre de 30 ans, le montant moyen de l’assurance de prêt proposée par les banques s’élève à 8 400 €5 (soit un taux moyen de 0,28%5). Sur ce schéma, à garanties équivalentes4, l’offre spéciale 18-35 ans d’APRIL affiche un montant de 2 282 €5 (taux à 0,10%), ce qui permet à l’emprunteur de réaliser une économie de 6 118 €5. Pour un crédit de 250 000€, cette économie peut aller jusqu’à 10 000 € avec l’offre APRIL.

« Cette composante du prêt immobilier n’est a priori pas ou peu analysée : lors des simulations de crédit, les primo-accédants ont accès à des taux affichés dans leur globalité (crédit et assurance de prêt compris), ce qui ne les incite pas à en savoir plus, alors même que l’assurance de prêt peut leur permettre de réduire le coût total de leur crédit. En effet, à l’heure où les taux d’intérêts sont bas, l’assurance de prêt représente une variable très importante : 25 % en moyenne. » poursuit Roger Mainguy.

La solution pour les 78 % de jeunes qui pensent qu’ils peuvent souscrire cette assurance de prêt ailleurs que dans leur banque : faire jouer la concurrence

Une solution simple et efficace pour réduire le taux de l’assurance de prêt et ainsi diminuer le coût total du crédit : faire jouer la concurrence. 78 % des jeunes pensent qu’ils peuvent souscrire cette assurance de prêt ailleurs que dans leur banque, alors que 85 %6 des prêts immobiliers sont assurés par les banques prêteuses.

« Un étonnant paradoxe qui peut s’expliquer : d’une part, 38 % des personnes interrogées pensent que la banque peut refuser l’assurance de prêt provenant d’un autre organisme ; et d’autre part, les idées reçues sur les démarches administratives et sur le coût de l’assurance de prêt n’engagent pas les primo-accédants à faire jouer la concurrence. Il revient aux organismes assureurs de simplifier ces démarches et de rendre l’assurance toujours plus accessible. » souligne Roger Mainguy, Directeur Général d’APRIL Santé Prévoyance.

Sources : Une étude APRIL / IFOP – « Immobilier : les jeunes primo-accédants
et l’assurance de prêt »

Note :
1 – Etude menée par l’IFOP entre le 11 et le 16 février 2015, auprès d’un échantillon de 1 003 jeunes âgés de 18 et 35 ans à travers la France – échantillon représentatif de la population française.

2 – Source : Observatoire BAO de l’assurance emprunteur des crédits immobiliers.

3 – Observatoire BAO de l’assurance emprunteur des crédits immobiliers 2013

4 – L’emprunteur a la possibilité de souscrire un contrat d’assurance de prêt alternatif dès lors que ce contrat présente un niveau de garanties
équivalentes au contrat proposé par le prêteur lui-même.

5 – Observatoire BAO de l’assurance emprunteur des crédits immobiliers 2013–simulation sur la base d’un jeune cadre de 30 ans non fumeur

et sans antécédents médicaux pour un emprunt de 150 000€ à 2,5% sur 20 ans.
6 – Source : Observatoire BAO de l’assurance emprunteur des crédits immobiliers 2014

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.