Prêt immobilier : prévisions taux pour septembre

Prêt immobilier : prévisions taux pour septembre

Les taux de l’OAT (Obligations Assimilables du Trésor) sont au plus bas. Comme les taux fixes de prêt immobilier sont indexés sur l’OAT, on pourrait supposer qu’ils allaient suivre le mouvement. Il n’en est rien. Le courtier AB Courtage nous explique pourquoi.

« Avec un OAT tombé à « 2.81 % » au 29 août, après une chute spectaculaire de 0.63 % (il était à 3.44% au 1er juillet), nous aurions pu nous attendre parallèlement à une baisse également conséquente des taux de crédit pour cette rentrée. Mauvaise nouvelle pour les emprunteurs… il n’en est rien !

Pour comprendre : le plus souvent, à chaque fluctuation, les établissements prêteurs réajustent leur taux de crédit en fonction de la hausse ou de la baisse de l’OAT 10 ans (indice de référence des taux fixes).

Selon cette logique imparable, le taux fixe de 15 ans, aujourd’hui à 4.05%, aurait ainsi dû suivre la baisse de l’OAT et passer à 3.75 %. Celui de 20 ans aurait dû chuter de 4.30 % à 3.90 %. Et ainsi de suite…

Or, pour le mois de septembre, il semble que les taux ne baisseront pas… Bien au contraire ! Au mieux, ils resteront à leurs niveaux actuels. Voire, scénario moins réjouissant, ils augmenteront, probablement de 0.10 % en moyenne, dans le courant du mois de la rentrée.

Comment expliquer ce phénomène plutôt inhabituel ? C’est simple, avec la crise économique et les plans de rigueur adoptés à la hâte dans toute l’Union européenne pour endiguer la chute des cours boursiers, l’indice de référence des taux fixes ne fait plus la loi.

Il ne va donc plus de soi qu’il sera suivi fidèlement par les banques comme par le passé. Restent quelques interrogations : ces dernières sont-elles en recherche de repères ? Opèrent-elles en catastrophe une reconstitution de leurs marges face cette brutale crise financière ? Toutes questions dont nous n’aurons pas la réponse avant un bon mois…

Aucun pronostic n’est fiable dans cette tourmente. Après les salons de l’immobilier de cette rentrée, tous les scenarii restent donc possibles. Les emprunteurs doivent en prendre conscience : même avec un OAT en dessous de la barre des 3%, les banques peuvent décider de ne pas suivre cette baisse et d’envoyer aux orties cet OAT 10 ans, un indice de référence qu’ils suivent pourtant depuis plus de 10 ans…

À ce jour, les emprunteurs peuvent toujours prétendre à des taux moyens de 4 % sur 15 ans, 4.30 % sur 20 ans et 4.45 % sur 25 ans. Des taux encore très attractifs…

Mais pour combien de temps ?»

 Sources : AB Courtage

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.