Les taux de crédit immobilier toujours en baisse en juillet

Les taux de crédit immobilier toujours en baisse en juillet

Après les prix de l’immobilier, c’est au tour des taux de crédit immobilier de suivre le « scenario de l’atterrissage en douceur ». La baisse des taux de crédit se poursuite, alors que les courtiers s’attendaient à une accalmie pour l’été. Le mois de juillet a démarré avec un nouveau fléchissement des taux à la baisse : le courtier en ligne AB Courtage enregistre un repli des taux de l’ordre de 0,1 point. Principal facteur de la baisse des taux, le recul de l’OAT, le taux de référence des prêts à taux fixes : « Depuis le début 2010, l’OAT 10 ans a perdu presque 40 points de base à 3,07 % en juin contre 3,46 % en janvier, explique le courtier Cafpi. Cette baisse a été presque totalement répercutée par les banques sur les taux des prêts immobiliers qu’elles pratiquent. Ce statu quo permet aux banques, toujours en quête de nouveaux clients, de réduire leur marge pour proposer des conditions toujours plus attrayantes aux emprunteurs ». Les taux selon AB courtage devraient donc rester stables durant tout l’été. « Confrontées à une stabilité prolongée (au moins jusqu’à la fin de l’année) des taux de référence, les banques arbitrent sur leurs marges commerciales, au bénéfice des emprunteurs, avec toujours des tendances régionales spécifiques », estime Cafpi.

taux-dossier.jpgDans notre indicateur des taux, nous n’observons pas une baisse aussi importante, toutefois, il est clair les taux continuent de baisser même si manifestement, on arrive à un niveau plancher. A l’instar de Cafpi, le courtier en ligne Empruntis.com a observé des baisses de l’ordre de 0,05 point sur les durées de 7 à 20 ans et une quasi stabilité sur les durées longues. Les meilleurs dossiers de demande de prêt immobilier se négocient à des taux de 3,25 % à 3,30 % sur 15 ans et de 3,40 % à 3,50 % sur 20 ans. « Les taux fixes sur 20 ans à 3,50 % font leur apparition dans les grilles tarifaires des banques », souligne Cafpi. Concrètement, pour une mensualité de 1 000 euros sur 20 ans, un acquéreur pouvait emprunter 167 195 euros en janvier. Le coût de son crédit s’élevait 72 805 euros. En empruntant maintenant, sa mensualité diminuerait de 26 euros et le coût de son crédit de 6 248 euros. En maintenant sa mensualité à 1 000 euros, il pourrait emprunter 4 500 euros de plus, tout en profitant d’un coût de crédit moins élevé de 4 469 euros.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.