Historique des taux fixes de crédit immobilier (hors assurance) – 1er trimestre 2008

Historique des taux fixes de crédit immobilier (hors assurance) – 1er trimestre 2008

Tous les mois, nous relevons les taux fixes hors assurance des crédits immobiliers annoncés par les principaux courtiers sur leurs sites internet. Les courtiers sont des intermédiaires auxquels les emprunteurs donnent mandat pour trouver les meilleures conditions de financement pour leur projet immobilier. Les taux obtenus sont souvent plus attractifs que ceux pratiqués par les banques en direct, mais tout dépend de la qualité du dossier présenté et du profil de l’emprunteur.
Les taux les plus attractifs annoncés correspondent souvent aux meilleurs profils : apport personnel significatif, bon niveau de revenus, niveau d’endettement peu élevé, etc. Néanmoins, certaines banques, en fonction de leur politique commerciale, peuvent également offrir de bonnes conditions de crédit pour acquérir de nouveaux clients. Vous voulez emprunter ? Alors, faites jouer la concurrence !

Moyennes des taux fixes de crédit immobilier hors assurance constatés chez les courtiers (2008) :

~1er trimestre 2008~~ 15 ans~~20 ans~~ 25 ans~
~ janvier~~4,53 %~~4,65 %~~4,75 %~
~février~~4,46 %~~4,54 %~~4,64 %~
~mars~~4,43 %~~4,51 %~~4,60 %~

historique-des-taux-credit-immobilier-2008.gifDepuis le début de l’année, les banques appliquent de manière plus sélective les conditions d’octroi des crédits : par exemple, les financements à 110 %, c’est-à-dire incluant les frais engendrés par l’acquisition (droits de mutation (ou frais de notaire) et frais de cautionnement) sont rarement acceptés. Ce qui plaide d’ailleurs en faveur d’une certaine prudence des banques et d’une relative protection de l’emprunteur : mieux vaut disposer d’un certain apport pour assurer la viabilité du projet et alléger le coût du crédit.

Notre conseil : souscrivez impérativement des prêts à taux fixes. En règle générale, les taux des prêts à taux variable sont généralement inférieurs aux taux des prêts à taux fixes, ce qui permet, a priori, de réaliser des économies sur le coût global du prêt. Mais aujourd‘hui, le différentiel entre taux fixe et variable est très faible, environ 0,10 point selon les durées de prêt.
Sachant que ces prêts sont indexés sur des indices susceptibles de fortes variations, les emprunteurs subissent des hausses de leur taux de départ, et donc de leurs mensualités, qui peuvent se révéler très dangereuses pour leur budget. Mieux vaut dans le contexte actuel miser sur la sécurité d’un taux fixe.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.