Prêt immobilier : 10 les étapes clés

Prêt immobilier : 10 les étapes clés

1. Le compromis de vente :Afin de ne pas manquer le bien que vous convoitez, vous avez la possibilité de signer un compromis de vente. Cet acte officiel représente un engagement réciproque entre les parties à conclure la transaction immobilière. Vous pouvez ensuite, grâce à une clause suspensive, fixer avec le vendeur, le délai limite auquel vous devrez avoir obtenu l’autorisation de prêt bancaire. Ce délai est le plus souvent fixé à 45 jours à compter de la date de signature du compromis de vente.
En cas de non-obtention de financement pour votre achat immobilier, vous pouvez toujours faire annuler le compromis. Il vous faudra cependant communiquer au vendeur, avant le délai limite fixé dans la clause suspensive, les notifications de refus de prêt (sous recommandé A.R).

2. Trouver la bonne offre de prêt

Avant tout, vous devez COMPARER ! Faire jouer la concurrence entre les organismes de prêts est souvent un atout efficace pour obtenir les meilleures conditions de financement (frais, taux d’intérêts,…). Si vous avez peur de ne pas vous y connaître suffisamment, adressez-vous à un courtier, il effectuera les recherches pour vous.
Le site Empruntis.com propose des services gratuitement puisqu’il est rémunéré par les banques comme apporteur d’affaires ; attention toutefois car les courtiers facturent souvent des frais de mandat en sus.

3. Monter son dossier

Une fois l’offre de prêt trouvée, il vous faudra fournir à l’organisme de crédit l’ensemble des pièces justificatives demandées par ce dernier : avis d’imposition (les 2 derniers en général), bulletins de paie (3 derniers le plus souvent), situation professionnelle (poste plutôt stable ou à risque), vos relevés de compte récents, justificatif de domicile et bien sûr le fameux compromis de vente.

4. Accord de principe

Grâce à l’ensemble des documents que vous aurez préalablement fournis, l’organisme de prêt peut effectuer ses analyses financières et ainsi, vous communiquer son accord de principe. Il est nécessaire d’avoir cet accord afin de pouvoir poursuivre la démarche d’achat.

5. Ouvrir un compte dans la banque qui vous accorde le crédit

Il est très courant que la banque qui vous accorde votre crédit immobilier vous demande en quelque sorte comme « contrepartie » de domicilier vos revenus dans son établissement. Attention, n’oubliez pas que cela n’est en rien une obligation légale de votre part, un établissement bancaire n’est pas en droit d’exiger la domiciliation de vos revenus sous prétexte qu’elle vous accorde un crédit immobilier ! Vous êtes donc libre de refuser.

6. L’offre de crédit : contractuellement

L’établissement bancaire qui vous accorde le prêt est dans l’obligation de vous adresser le « contrat » officiel du crédit que vous avez contracté, ce document fait état de tous les détails de votre offre. Seul ce document peut faire foi des termes de l’offre en cas de désaccord entre la banque et vous ; veillez donc à sa plus grande exactitude lorsque vous le recevez.

7. Délai de réflexion

Vous disposez au minimum d’un délai incompressible de 10 jours pour vous rétracter dans le cas où après réflexion l’offre ne vous conviendrait pas. Attention n’essayez par de faire pression pour antidater vos “offres” de prêt afin d’accélérer les opérations. À la moindre erreur, le service des prêts de l’organisme prêteur va relancer le processus, et cela retardera d’autant.

8. Acceptation de l’offre

Si vous acceptez la proposition faite par l’établissement bancaire de votre choix, vous devrez renvoyer la proposition signée à ce dernier pour lui notifier que vous acceptez.

9. La vente

Il s’agit là d’un acte officiel qui doit faire l’objet d’un enregistrement par un notaire. Une fois cet acte de vente signé, vous êtes officiellement et définitivement le propriétaire du bien immobilier en question. Vous recevrez alors sous quelques jours votre titre de propriété par votre notaire.
Vous ne pouvez plus faire marche arrière désormais.

10. Rembourser son emprunt

Vous ne remboursez votre première mensualité qu’un mois après la signature de l’acte de vente.

Le remboursement par anticipation est généralement possible pour un emprunt immobilier, il faut savoir que cela implique généralement des pénalités mais celles-ci sont limitées par la loi. En effet, elles ne peuvent pas dépasser un semestre d’intérêts au taux moyen du crédit contracté, tout en étant plafonnées à 3 % du capital restant dû à date. Vous pouvez négocier les remboursements anticipés sans frais.

Il ne vous reste plus qu’à profiter de votre nouveau cocon bien tranquillement.

Sources : Empruntis.com ; Pap.fr

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.