La BCE soutient à nouveau le système bancaire

La BCE soutient à nouveau le système bancaire

La BCE (La Banque Centrale Européenne) a annoncé avoir laissé inchangés ses taux directeurs ce mois-ci, à respectivement 1,50 %, 2,25 % et 0,75 %. L’annonce a provoqué une certaine déception chez certains investisseurs, qui tablaient sur une baisse des taux, au regard des faibles perspectives de croissance dans les prochains mois.

Mais le petit évènement du jour était bien la dernière conférence de presse de Jean-Claude Trichet, actuel président de la BCE, qui laissera sa place le 1er novembre à Mario Draghi, son successeur. Il a, au cours de celle-ci, annoncé deux mesures importantes, l’une concernant le marché obligataire, l’autre qui ciblait le secteur bancaire. La Banque Centrale Européenne va en effet procéder à de nouveaux achats d’obligations d’Etat sécurisées, pour stabiliser les taux d’intérêt de certaines obligations souveraines d’Etat en difficulté. Le montant alloué à ce programme, prévu pour durer près de 12 mois, est de 40 milliards d’euros, un point qui a, là aussi, provoqué une certaine déception sur les marchés financiers.

Comme elle l’avait fait, il y a plusieurs mois, la BCE s’est montrée déterminée à soutenir les banques de la zone euro, via des opérations spéciales, et ce afin que les banques de la zone ne connaissent aucun problème de liquidité. Elle a ainsi annoncé le lancement de deux opérations spéciales de prêt aux banques sur un an. Elles viendront compléter celles, plus courtes, réalisées actuellement sur 3 mois, 1 mois et 1 semaine.

Jean-Claude Trichet a en outre pressé les banques à une recapitalisation, pour renforcer leur solidité financière. Elles doivent, selon lui, renforcer leurs bilans en baissant les salaires ou en utilisant leurs bénéfices. Dans cette optique, les établissements devraient donc rester sur leurs positions sur le marché immobilier. N’ayant pour l’heure pas répercuté la baisse des taux de l’OAT, elles profitent de ce mouvement pour maximiser leurs marges et renforcer leurs bilans. Nul doute que cet appel de Jean Claude Trichet pourrait bien conforter cette attitude, qui consiste à laisser inchangés leurs barèmes, même en cas de baisse plus importante des taux de l’OAT.

 Sources Emprun Direct / Photo de Jebulon (sous GNU Free Documentation License)

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.