Assurance Emprunteur : une étude démontre que les contrats les plus protecteurs figurent parmi les moins chers

Assurance Emprunteur : une étude démontre que les contrats les plus protecteurs figurent parmi les moins chers

La Loi Lagarde permet au souscripteur d’un prêt immobilier de choisir son assurance. Le cabinet de conseil BAO propose la première étude comparative des assurances emprunteurs : les garanties offertes par 35 contrats ont été notées sur 100.

Les contrats d’assurance emprunteur prennent en charge les mensualités de remboursement en cas de décès ou d’invalidité de l’emprunteur. L’étude de BAO a distingué les grandes catégories de contrats : ceux proposés par le banquier, les contrats courtiers (ex : April, Alpis) et des contrats de mutualistes. Ces deux derniers types de contrats sont donc possibles depuis la Loi Lagarde, qui ouvre l’opportunité de les choisir sous réserve qu’ils offrent des garanties au moins équivalentes à celles de la banque de l’assuré. De fait, les contrats de courtiers et de mutualistes protègent donc mieux que ceux des banques.

Les résultats de l’étude BAO font état d’écarts de notation atteignant 40%. Fait surprenant, ce ne sont pas les assurances les plus chères qui protègent le mieux : « Certains contrats coûtent 30 à 50 % moins cher pour les moins de 40 ans. Et ils sont plus riches en garanties. On ne s’explique pas pourquoi leur part de marché n’a pas explosé », analyse Isabelle Delange, associée chez BAO. L’étude classe la Macif, la Maif ou MMA parmi les mieux notés. Concernant les banques, les écarts sont là encore fort présents : le contrat de La Banque Postale est noté 91/100 contre 64/100 pour celui du Crédit Foncier. Pourtant, celui de la Banque Postale est moins cher sur son tarif de base, à raison de 0,32 % du montant emprunté contre 0,38 % pour le Crédit Foncier, soit 15 % d’économies.

Le cabinet BAO dénonce toutefois un manque de transparence chez les assureurs ; il a parfois fallu trouver des emprunteurs récents pour avoir accès aux conditions générales de vente. Aussi, le principe des garanties, qu’elles soient forfaitaires ou indemnitaires, était parfois complexe à définir. Or, ce dernier point est important : les garanties forfaitaires remboursent la mensualité due alors que les garanties indemnitaires ne couvrent que la perte de revenus, souvent compensée par les dispositifs de prévoyance mis en place par l’employeur.

Note : l’assureur Alico a été racheté par MetLife le 1er mars 2011, et le produit a été mis à jour, la note issue de ce comparatif ne reflète pas la réalité pour cette assureur. La note devrait même être plus élevée, à vérifier sur le prochain baromètre de BAOFRANCE.

 Source : BAOFRANCE / http://www.baofrance.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.