5 questions pour mieux choisir son contrat d’assurance de prêt

5 questions pour mieux choisir son contrat d’assurance de prêt

Depuis le 1er septembre 2010, l’emprunteur peut choisir lui-même son contrat d’assurance. Pour déterminer l’offre de prêt immobilier la mieux adaptée à une situation donnée, nous avons sélectionné 5 questions qui doivent être faire état de base à toute réflexion préalable à la souscription à un crédit immobilier.

1. Un crédit à taux fixe ou à taux variable ?

Comme son nom l’indique, le taux fixe garantit un taux identique jusqu’à échéance du prêt. A contrario, le taux du taux variable dépend de l’évolution des taux du marché, qu’ils soient à la hausse ou à la baisse. Dans le cadre d’un choix portant sur un taux variable, il vaut mieux privilégier un taux variable « capé », car plafonné : par exemple, avec une formule +/-2 points, un taux initial de 3,50 % demeurera inférieur à 5,50 %.

2. Une garantie sous forme d’hypothèque ou de caution ?

L’hypothèque ou le privilège de prêteur de deniers (PPD) peuvent être exigés par le banquier pour garantir le prêt. Il s’agit là de garanties coûteuses : de 1,4 % à 2 % du montant emprunté pour l’hypothèque et de 0,5 % à 1 % pour le PPD. Si le bien est revendu avant la fin du prêt, l’emprunteur devra régler des frais de main levée, de l’ordre de 0,5 % à 1 % du montant du prêt initial. Si possible, mieux vaut choisir la caution donnée par une société de caution mutuelle ; on peut envisager un gain d’environ 1 % du montant emprunté, et à l’échéance du prêt, une partie des frais est restituée.

3. Peut-on choisir librement l’assurance de son prêt ?

Oui, depuis le 1er septembre 2010, tout emprunteur peut choisir son contrat d’assurance DIT (décès, invalidité, incapacité de travail). Ce contrat peut désormais être souscrit à titre individuel, auprès d’une autre société, sous réserve toutefois que cette assurance offre des garanties équivalentes à celle proposée par le banquier. L’avantage est de laisser à l’emprunteur l’opportunité de trouver des conditions tarifaires plus intéressantes, en particulier pour les personnes jeunes et en bonne santé.

4. Peut-on moduler les échéances de prêt ?

Oui, les mensualités du prêt peuvent être revues selon les aléas de la vie :

 avec une hausse de salaire, moduler à la hausse les échéances pour rembourser plus rapidement le prêt.

 en cas de difficultés, il est à l’inverse possible de moduler à la baisse les mensualités afin de continuer de rembourser le crédit.
Les conditions d’application de la modulation figurent dans le contrat de prêt.

5. Peut-on réduire les frais de dossier et l’indemnité de remboursement anticipé ?

L’emprunteur peut négocier les frais de dossier avec son banquier, d’environ 1 % du montant du prêt. Il est conseillé de demander l’application du montant minimal prévu, voire tout simplement la suppression de ces frais. Lors du remboursement anticipé du prêt, il est possible aussi de négocier réduction ou la suppression de l’indemnité que le banquier est en droit de vous réclamer, tout en gardant à l’esprit que la loi plafonne cette indemnité à 3 % du capital restant dû avant le remboursement.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.