Ventes immobilier neuf : -24% au 1er trimestre 2011

Ventes immobilier neuf : -24% au 1er trimestre 2011

«PRENONS GARDE A NE PAS CASSER LA DYNAMIQUE» : Au moment où les observateurs se félicitent de la reprise de la construction de logements, notre indicateur de conjoncture commerciale pourrait laisser à penser que l’avenir s’assombrit à nouveau. En effet, les ventes du 1er trimestre 2011 sont en repli de 24 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Ce net fléchissement des ventes plus important que ce qui était attendu est lié :

 à la forte baisse des ventes à investisseurs (dispositif Scellier) : -35% par rapport au 1er trimestre 2010 et -46% par rapport au 4ème trimestre 2010 ;

 au manque d’offre ;

 au lent démarrage du nouveau dispositif d’aide à l’accession PTZ PLUS qui ne peut compenser la suppression de l’excellent dispositif du Pass foncier (26 000 Pass foncier distribués en 2009 et 2010) ; les ventes en accession baissent de 16% au 1er trimestre 2011 par rapport à la même période de 2010 ;

 aux surcoûts techniques des performances énergétiques BBC apportés aux nouvelles offres immobilières ;

 à la hausse également des taux d’intérêt depuis l’automne.

Les mises en vente ont reculé de 11 % par rapport au 1er trimestre 2010, mais enregistrent une hausse de 6% par rapport au 4ème trimestre 2010. Cette baisse ne permet pas de reconstituer une offre suffisante pour répondre aux besoins.
L’offre commerciale se stabilise autour de 37 000 unités. Elle représente 7,3 mois de ventes.

Les prix progressent régulièrement depuis le début de l’année 2010 et enregistrent une hausse de 7% sur 12 mois, mais se stabilisent par rapport au 4ème trimestre 2010.

Dans les régions, on notera quelques particularités. L’activité est mieux orientée :

 en Ile-de-France où les ventes n’ont baissé que de 16% mais où l’offre est particulièrement faible ;

 dans la région Côte d’Azur où les ventes ont augmenté de 12% et où l’offre s’est un peu reconstituée.

L’infléchissement du marché plus prononcé que prévu est très préoccupant et, s’il devait perdurer, l’activité 2011 serait d’un niveau inférieur à 100 000 ventes. Seule la montée en puissance du nouveau dispositif d’aide à l’accession PTZ PLUS pourrait amortir la baisse des ventes et celle conséquente des démarrages de travaux dès 2012. A l’heure où les besoins comme la demande en logements s’expriment fortement, prenons garde à ne pas casser la dynamique qui ne manquerait pas d’avoir des conséquences néfastes sur l’emploi et le pouvoir d’achat des ménages.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.