Solvabilité des ménages et remontée des taux d’intérêt

Solvabilité des ménages et remontée des taux d’intérêt

Dans un contexte de hausse des taux, il existe des solutions pour réduire le coût total d’un prêt immobilier :

 Faire jouer la concurrence entre les banques : en Ile-de-France, d’une banque à l’autre, les taux varient jusqu’à 0,75 point.

 Opter pour un crédit spécifique comme un prêt à taux mixte – fixe pendant une période donnée puis révisable indexé sur l’Euribor 3 mois – très avantageux notamment pour les primo-accédants qui ont une forte probabilité de revendre leur bien avant 7 ans.

 Prendre une délégation d’assurance : l’assurance de prêt représentant entre 5 % et 16 % du coût total du crédit selon les profils, il peut être avantageux de choisir une assurance individuelle pouvant permettre d’économiser jusqu’à 50 % du coût de l’assurance.

 Et dans une moindre mesure, les prêts aidés : à Paris, 41 % des crédits obtenus via meilleurtaux.com incluent un PTZ +, mais avec des montants moyens (32 950 € en moyenne, mais 21 000 € dans l’ancien) ne finançant même pas les frais de notaire, et ce, en raison de la faible performance énergétique des logements franciliens et du manque d’offre dans le neuf.

« D’ores et déjà, pour 15 à 20 % des dossiers, outre un taux compétitif, il s’agit de rechercher une solution de financement. Dans un contexte de taux orientés à la hausse, si les prix continuent à croître, alimentés par le manque d’offre, les délais de vente très courts et la forte demande des investisseurs, notamment étrangers, il y a un risque de désolvabilisation des emprunteurs, notamment des primo-accédants qui ne pourront plus du tout acheter à Paris » conclut Marc Sirotteau directeur du secteur Ile-de-France chez meilleurtaux.com.

 Source : meilleurtaux.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.