Immobilier Ancien : le marché à l’épreuve du programme des candidats à l’élection présidentielle

Immobilier Ancien : le marché à l’épreuve du programme des candidats à l’élection présidentielle

L’ampleur de la contraction de la production de crédits nouveaux à l’habitat observée par la Banque de France, -49% entre février 2011 et février 2012, est sans appel : la chute de l’activité des marchés immobiliers anticipée pour cette année est désormais amorcée.

La brutalité de cette chute du crédit, qui ne peut pas trouver son origine dans un effondrement des prix alors que les conditions d’accès au crédit demeurent favorables, confirme le cri d’alarme poussé par les professionnels en décembre dernier : le marché subira en 2012 le renforcement de la fiscalité immobilière et l’abandon du PTZ+ dans l’ancien.

Du côté des transactions dans l’ancien réalisées par les adhérents de la FNAIM (12 000 agences), le spectre d’un effondrement des prix est toujours écarté. D’après les premières tendances révélées par l’Observatoire des Marchés de l’ancien, qui sera publié le 11 avril prochain, on assiste tout au plus, à un léger recul des prix : de l’ordre de -1.0% en moyenne nationale au 1er trimestre 2012 par rapport au quatrième trimestre 2011.

Dans ce contexte, les perceptives de rebond de l’activité ne pourront être anticipées qu’à l’échéance des élections présidentielles. Nous connaîtrons désormais dans un mois les coups de pouce nécessaires qui seront donnés à l’investissement locatif privé et à l’accession à la propriété…

 Sources : FNAIM

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.