Seniors : aide au logement, lutte contre la précarisation, aide à la mobilité

Seniors : aide au logement, lutte contre la précarisation, aide à la mobilité

À l’occasion du lancement par Roselyne Bachelot, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, du débat sur la réforme du financement de la dépendance, il convient de s’interroger en effet de la place que nous leur réservons, mais aussi de la qualité de la prise en charge de la perte d’autonomie. Il convient en effet d’adapter les logements aux besoins des personnes âgées ou à mobilité réduite. « Dans à peine 20 ans, 20 millions de personnes auront plus de 65 ans et 4 millions auront plus de 85 ans. L’adaptation et la sécurisation des logements des personnes dépendantes doivent être une priorité pour leur permettre de rester chez elles le plus longtemps possible. Les artisans du bâtiment qui réalisent 68 % du marché de l’entretien-amélioration sont d’ores et déjà mobilisés autour de ce chantier avec un objectif : proposer aux personnes dépendantes un environnement sûr et confortable » déclare Patrick Liébus, Président de la CAPEB.

Le travail semble titanesque puisque 15 000 places supplémentaires seraient nécessaires d’ici 2040. La Capeb interpelle les politiques afin de débloquer de réels moyens pour le maintien à domicile des personnes âgées. En effet plus de 800 000 personnes déclarant au moins une déficience indiquent avoir des difficultés pour accéder à toutes les pièces de leur logement*.

Plus encore que le maintien des personnes âgées à domicile, le Maire de Paris est préoccupé par le pouvoir d’achat des seniors parisiens dont 13% âgés de 60 à 74 ans vivent sous le seuil de la pauvreté contre 9.9 au niveau national. Une aide « Paris Solidarité » est en passe d’être voté et qui remplacerait l’allocation Ville de Paris. Cette nouvelle aide devrait améliorer le quotidien de 24 000 personnes. L’équipe de Bertrand Delanoê espère aller plus loin en proposant à la fin de l’année l’aide Paris Logement au senior (seuls les actifs pouvaient y prétendre actuellement). Pour lutter contre la précarisation des seniors, la maire de Paris devra débourser 8 millions d’euros supplémentaires cette année.

À l’issue d’un colloque au Conseil économique, social et environnemental ce mardi 8 février, Nicolas Sarkozy souhaite un projet de loi d’ici l’automne. 25 milliards d’euros qui seront dépensés en 2011, mais seront insuffisants, face aux besoins qui explosent. 30% de la population devrait avoir plus de 60 ans d’ici 2060 selon l’INSEE. Le chef de l’État n’écarte donc aucune piste pour financer la prise en charge de dépendance, il déclare : « Aussi je demande à chacun d’entre vous d’examiner toutes les autres solutions possibles. De n’écarter d’emblée aucune solution, y compris celle de l’assurance pour des “a priori’ idéologiques». D’autres pistes comme l’instauration d’une nouvelle journée de solidarité sont sur la table.

*INSEE, « Handicaps, Incapacités Dépendances », 1999

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.