Renégocier son prêt immobilier : « chat » avec Christian Camus sur Les échos

Renégocier son prêt immobilier : « chat » avec Christian Camus sur Les échos

Les taux de prêt immobilier ont atteint des records historiques à des niveaux très bas et les crédits immobiliers sont n’ont jamais été aussi abordables. Certains emprunteurs sont donc tentés de renégocier leur prêt contracté antérieurement à un taux élevé. La quotidien Les Echos a organisé un chat, ce vendredi 25 octobre 2010, avec Christian Camus, directeur général de Meilleurtaux.com, courtier en prêt immobilier en ligne.

Que peut-on apprendre de ce «~chat~» ? D’une part, si vous souhaitez négocier votre prêt, attention aux frais et notamment aux pénalités de remboursement anticipé : sauf à avoir demandé leur suppression lors de la souscription du prêt immobilier, elles ne sont pas négociables. D’autre part, il faut un écart important entre le taux que vous aviez obtenu et le taux actuel. Un internaute a voulu savoir si les taux variables proposés par sa banque étaient une bonne alternative. Selon Christian Camus, « compte tenu des anticipations, un emprunt à taux variable capé est intéressant sur une durée courte (3 à 5 ans). Sur 7 ans le taux variable cape 1 (plafonné) se situe entre 2,20 % et 2,40 %. Sur des durées plus longues, l’emprunt à taux fixe sur les niveaux actuels très bas devrait être privilégié ».

taux-dossier-renegociation.jpgChristian Camus a donné ensuite quelques conseils dans le cas où vous souhaitez renégocier votre prêt immobilier avec votre propre banque. La renégociation dans la banque d’origine présente l’avantage apparent de la simplicité : pas de pénalités de remboursement anticipé, pas de transfert de garantie. Mais les banques n’offrent pas des conditions aussi attractives à leurs anciens clients que celles qu’elles offrent aux nouveaux emprunteurs. Il faut donc bien comparer les offres entre elles : les paramètres à prendre en compte sont les suivants : la durée, le taux initial, le coût de l’assurance et la nature de la garantie. C’est un calcul qui suppose une connaissance précise des techniques financières. L’intérêt de passer par un courtier est double : « la précision du calcul et la défense des intérêts du client auprès des établissements bancaires », souligne-t-il.

Christian Camus a répondu à la question récurrente des emprunteurs à propos de la rémunération d’un courtier. « Via Internet, l’intervention du courtier est gratuite pour l’emprunteur, mais celui-ci sera souvent amené à payer des frais de dossier à la banque. En agence, le courtier prend des honoraires, car il monte et suit le dossier (entre 800 et 950 euros) mais les banques exonèrent alors les frais de dossier ». N’oubliez pas que si vous passez directement par une banque sans l’aide d’un courtier, vous aurez aussi les mêmes frais de dossier à payer.

Enfin, concernant le prêt à taux zéro plus (PTZ plus) qui démarre en janvier, Christian Camus estime que les primo-accédants seront la cible idéale de ce dispositif. Quant à l’évolution des taux d’intérêt selon Christian Camus, ceux-ci ne devraient que peu varier au cours de l’année 2011, mais ils devraient remonter à partir de 2012.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.