Printemps de l’habitat face à la hausse des prix de l’immobilier et des taux

Printemps de l’habitat face à la hausse des prix de l’immobilier et des taux

Le printemps de l’habitat est claironnée partout pour inciter les acquéreurs à sauter le pas. Sauf que cette année, les banques ne cèdent pas sur leur marge et maintiennent la hausse des taux. «Une hausse de 1 % des taux entraîne une baisse de 7 % de la demande», estime ainsi Thierry Dufour, directeur général délégué au Crédit Foncier cité dans 20minutes.fr. Cela pourrait-il aboutir à une baisse des prix de l’immobilier ?

Century 21 relève dans sa dernière étude des baisses par rapport au dernier trimestre de l’année dernière :

 moins 7% en Alsace et Aquitaine par rapport au dernier trimestre de l’année dernière

 moins 6% en Midi-Pyrénées, Basse Normandie et Pays de la Loire

 moins 5,5% en Bretagne et de 1,5% en Provence-Alpes Côte d’Azur

 moins 7.30% en Seine-et-Marne

 moins 2.3% en Seine-Saint-Denis
Toutefois, l’ile de France a vu ses prix augmenté de 5.5%

Meilleurtaux avec la voix de Christian Camus continue de marteler que « La hausse des taux n’a pour l’instant qu’une faible incidence sur la mensualité et la capacité d’emprunt. Sur 20 ans, pour un crédit moyen de 165.000 euros, cela représente un surcoût mensuel de 35 euros » même si le courtier reste perssimiste pour l’avenir.

« Le risque de blocage du marché est réel ! » déclare Bernard Cadeau dans LaTribune.fr, président du réseau d’agences immobilières Orpi. En effet, les prévisions des notaires sur le prix de l’immobilier ne sont guères optimistes : de 3 % à 5 % en région et de plus de 10 % à Paris et dans les grandes villes.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.