Stagnation du pouvoir d’achat immobilier en janvier

Stagnation du pouvoir d’achat immobilier en janvier

Mesurant la double évolution des prix immobiliers et des taux d’intérêt des crédits immobiliers, le baromètre élaboré par le réseau d’agences immobilières low-cost Efficity.com analyse le pouvoir d’achat immobilier en mesurant par l’évolution du nombre de mètres carrés pouvant potentiellement être acquis pour une mensualité de remboursement de 1 500 euros à Paris et en Ile-de-France et de 1 000 euros en Province. Selon l’agence immobilière, le début d’année 2010 est marqué par une petite remontée des prix dans les quartiers et les communes les plus cotés. « On sent pourtant une nette reprise de la demande, indique Christophe du Pontavice, directeur d’Efficity. Le problème est que l’offre est très faible. Résultat : certains biens qui étaient en portefeuille depuis un an parfois, trouvent désormais acheteurs. A Paris, les prix remontent un peu en raison du marché relativement actif des petites surfaces, achetées par les investisseurs. Devant le peu d’offres, il est exceptionnel aujourd’hui de vendre et de trouver le logement suivant, dans le mois, afin de réaliser les deux opérations – vente et achat – le même jour. Les gens vendent et louent un logement en attendant de trouver le futur toit familial. L’argent de la vente est placé sur des produits financiers à court terme ».

Les départements franciliens

 Le pouvoir d’achat immobilier en Ile de France

Le pouvoir d’achat immobilier progresse dans tous les départements et de manière plus forte dans le 91 (+ 1,7 %), le 77 (+ 1,1 %) et le 94 (+ 1,1 %). La moyenne de la progression annuelle est spectaculaire dans les départements franciliens puisqu’elle dépasse parfois 20 % ! + 21,7 % dans le 77, + 20,9 % dans le 93, + 19,8 % dans le 91, + 19 % dans le 94 et + 18,2 % dans le 95. Par exemple, dans le 77, alors que l’on ne pouvait acheter que 112 m² il y a un an, on peut aujourd’hui acquérir 140 m², soit 28 m² de plus. Dans le 95, la surface est passée en un an de 100 m² à 121 m² désormais, soit 20 m² de plus.
Les prix immobiliers en Ile-de-France
Loin devant les autres départements, le 92 affiche un prix moyen au m² de 4 423 euros, en progression de 0,9 % depuis le mois dernier. Les prix moyens des autres départements progressent également légèrement sauf dans le 91 où ils continuent de régresser : – 0,2 %. Les statistiques annuelles montrent un recul des prix à 2 chiffres sur 5 départements : – 13,1 % dans le 77, – 12,5 % dans le 93, – 11,7 % dans le 91, – 11 % dans le 94 et – 10,4 % ans le 95. Dans le 92, le recul n’a été que de 5,1 %.

Les 25 premières communes d’IDF

 Le pouvoir d’achat immobilier

Bonne nouvelle, la très légère remontée des prix immobiliers dans quelques communes n’empêche pas le pouvoir d’achat de progresser dans les 25 plus grosses villes d’Ile-de-France, en raison de coûts du crédit en baisse. Celles qui tirent le mieux leur épingle du jeu sont Rueil-Malmaison (+ 5,1 %), Sarcelles (+ 7,4 %), Levallois-Perret (+ 4,5 %) et Nanterre (+ 6,2 %). Après un an de hausse du pouvoir d’achat immobilier, on peut désormais acheter 85 m² à Neuilly-sur-Seine, au lieu de 67 m² il y a un an. De même, on peut aujourd’hui acquérir 108 m² à Champigny-sur-Marne au lieu de 83 m² en janvier 2009.
Les prix immobiliers
Depuis le 1er janvier, les prix de l’immobilier baissent dans 13 des 25 plus grandes communes d’Ile-de-France. Les prix du m² baissent de plus de 1,5 % dans 6 communes : Nanterre (- 4,5 %), Asnières-sur-Seine (- 1,5 %), Rueil-Malmaison (- 3,5 %), Antony (- 1,8 %), Sarcelles (- 5,6 %) et Levallois-Perret (- 2,9 %). Les prix immobilier augmentent de plus de 1,5 % dans 4 communes : Versailles (+ 2,3 %), Créteil (+ 2,1 %), Saint-Maur-des-Fossés (+ 2,1 %) et Champigny-sur-Marne (+ 1,9 %). Sur un an, seules 9 villes montrent un recul des prix à un chiffre seulement : Boulogne- Billancourt (- 4,8 %), Versailles (- 9,1 %), Saint-Maur les Fossés (- 6,1 %), Courbevoie (- 7,9 %), Neuilly-sur-Seine (- 5,2 %), Saint-Maur des Fossés (- 6,5 %), Cergy (- 3,9 %), Issy-les-Moulineaux (- 6,5 %) et Levallois-Perret (- 7,1 %). La plus forte baisse reste Saint-Denis avec

 21,6 % !

Paris

 Le pouvoir d’achat immobilier à Paris

Dans la capitale, le pouvoir d’achat immobilier stagne. Dans le détail, il recule dans 6 arrondissements – notamment le 3ème (- 1,4 %), le 5ème (- 0,9 %), le 9ème (- 1,8 %) et le 16ème (-0,8 %) -, mais progresse dans la majeure partie des autres, notamment dans les 1er (+ 1,4 %), 2nd (+ 1,4 %) et 6ème (+ 1,9 %). Dans ces derniers, on peut désormais acquérir une surface de 38,7 m² (au lieu de 33,7 m² en janvier 2009), 47,1 m² (41,8 m² il y a un an) et 31,3 m² (28,4 m² en janvier 2009). Dans les arrondissements les moins chers de la capitale, la surface potentiellement achetable est passée, en un an, de 55 m² à 65 m² (19ème), de 53 m² à 62,7 m² (20ème), de 49 m² à 57 m² (18ème) et de 45 m² à 52 m² (11ème).
Les prix immobiliers à Paris
A Paris intra muros, la moyenne des prix immobiliers atteint 6 498 euros. Seuls 3 arrondissements affichent encore un recul des prix : le 6ème (- 0,5 %), le 7ème ( -0,3 %) et le 17ème (- 0,1 %). Partout ailleurs, soit les prix se stabilisent, soit ils amorcent une remontée. C’est le cas dans les 5ème (+ 2,4 %), 9ème (+ 3,4 %) et 16ème (+ 2,2 %). En un an, les arrondissements ayant subi la plus forte baisse des prix sont les 20ème (- 8,5 %), 19ème (- 7,4 %), 11ème (- 6,9 %), 15ème (- 6,8 %) et 1er (- 5,7 %). Ceux qui ont le mieux résisté sont les 4ème (+ 1,7 %), 16ème (- 1,7 %) et 3ème (- 1,9 %).

Lyon

 Le pouvoir d’achat immobilier à Lyon

A Lyon, le pouvoir d’achat baisse légèrement (- 0,3 %), malgré 6 arrondissements où il progresse, les 1er, 2nd, 3ème, 5ème, 6ème et 9ème où il s’améliore de 0,5 % à 1,3 %. En douze mois, les 1er (+ 15,4 %), 2nd (+ 12,7 %), 5ème (+ 15,2 %) et 9ème (14,9 %) arrondissements sont ceux où le pouvoir d’achat immobilier a le plus progressé. Les surfaces pouvant être achetées sont passées dans ces arrondissements de 71 m² à 82 m², de 64 m² à 73 m², de 77 m² à 89 m² et de 80 m² à 93 m².
Les prix immobiliers à Lyon
Les prix de l’immobilier stagnent dans plusieurs arrondissements : les 1er, 2nd, 3ème, 5ème et 6ème, tandis qu’ils progressent dans les 4ème (+ 3,2 %), 8ème (+ 2,7 %) et 7ème (+ 1,8 %). La moyenne du prix du m² à Lyon s’établit désormais à 2 681 euros le m². Un seul arrondissement dépasse la barre des 3 000 euros, le 6ème avec 3 154 euros le m².

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.