Le marché immobilier américain s’enfonce dans la crise

Le marché immobilier américain s’enfonce dans la crise

Les ventes de logements neufs aux Etats-Unis ont atteint leur plus bas niveau depuis 12 ans en décembre, une nouvelle fois en recul, de – 4,7 % par rapport à novembre, tandis que le prix des transactions s’effondre. Les ventes de logements neufs se sont établies à 604 000 unités (en rythme annuel), alors que les analystes tablaient sur 645 000 ventes. C’est le plus bas niveau enregistré depuis février 1995 (559 000 unités). Sur un an, les ventes ont chuté de 40,7 % en décembre, soit le plus fort recul enregistré depuis septembre 1981.

De plus, le mondant des transactions n’en fini plus de dégringoler : en décembre, les prix médians ont baissé de 10,4 % sur un an pour s’établir à 219 200 dollars, tombant à leur plus bas niveau depuis septembre 2004. Par rapport au moins de novembre, cela représente un effondrement de 10,8 %. Seule consolation, pour l’ensemble de l’année, les prix médians sont demeurés stables, s’établissant à 246 900 dollars contre 246 500 dollars en 2006 (+ 0,2 %).

Le marché immobilier résidentiel est l’une des principales préoccupations des analystes économiques et financiers américains, qui craignent ses effets sur le reste de l’économie et redoutent une baisse de la consommation des ménages, principal moteur (environ 70 %) de l’économie américaine. La crise des subprimes, ces crédits immobiliers risqués souscrits par bon nombre de ménages désormais insolvables, n’en finit plus de faire planer la menace de la récession aux Etats-Unis, que la Réserve fédérale américaine tente de contrecarrer par de fortes baisses successives de son taux directeur.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.