Marché de l’immobilier : stabilisation de l’activité de négociation et baisse des prix, doit-on vendre ou acheter ?

Marché de l’immobilier : stabilisation de l’activité de négociation et baisse des prix, doit-on vendre ou acheter ?

Immonot.com publie la Tendance du marché, étude réalisée par le CEREFI, Centre de Recherche en Economie Finance et Immobilier, et Bernard Thion, professeur, à partir de données notariales. L’enquête s’est déroulée de janvier à février 2011.

« Des promesses et des prix », retour sur la réalité du marché : Hausse des prix, augmentation des profits des banques, constats qui remettent en cause les mesures annoncées par les pouvoirs publics pour sortir de la crise.
Mieux contrôler les crédits au logement et en faciliter l’accès des PME, étaient les promesses faites il y a quelques mois pour éviter une autre crise et relancer l’activité économique. Or, force est de constater que les prix ont flambés de nouveau à Paris, mais également dans les grandes villes de province, et ceci sous la pression des plus fortunés.

Les mesures semblent avoir échouées, aujourd’hui, les prix sont en hausses, les profits des banques suivent la même évolution et l’activité n’a pas repris si l’on en juge par le taux de chômage actuel. Contrairement aux promesses faites, le montant des encours aux entreprises s’est ainsi stabilisé autour de 80 milliards d’Euros en 2010 alors que celui des crédits au logement doublait sans aucun scrupule.

L’activité des services de négociation immobilière notariale se stabilise

L’enquête a révélé un maintien du volume d’activité dans les régions jusqu’alors dynamiques, au profit des régions jusqu’ici à l’écart de ce mouvement. Cette tendance semble stabiliser le volume d’activité des services négociations.

« Il est vrai qu’à Paris le nombre de transactions annuelles a progressé de 40% au cours de l’année 2010 contre 30% sur l’ensemble de la France pour atteindre 760.000, chiffre assez proche des records réalisés avant la crise », précise Mr Bernard Thion, président du CEREFI, en charge de l’étude pour Immonot.com.

Une baisse des prix prévue par les notaires

Les notaires interrogés prévoient une baisse des prix à court terme, en dépit d’une hausse, aussi faible soit elle, sur les deux prochains mois. En effet, la lente remontée des taux d’intérêts, ne semble pas, pour le moment avoir de réelles répercussions sur les acquéreurs. Cependant l’augmentation des taux qui a pris 50 points de base depuis octobre dernier devrait inexorablement aboutir à un net ralentissement de la demande en logement, prélude à un retour à des prix plus raisonnables.

2011-03-29_193350.jpg« Depuis l’automne 2008, tant pour les terrains que pour les logements les prévisions faites pour les deux mois à venir se sont révélées en parfaite adéquation avec l’augmentation des prix. Globalement pour les deux mois à venir, cette progression devrait se poursuivre avec un léger ralentissement », souligne Mr Thion.

Conseil des notaires

La majorité des notaires interrogés considère qu’il est plus judicieux de vendre compte tenu des bonnes dispositions du marché. En effet face à une conjoncture incertaine, l’augmentation des taux d’intérêt semble inévitable pour contrer les tendances inflationnistes actuelles et les perturbations internationales n’engendrant guère l’optimisme, ce qui provoquera naturellement une baisse des prix des logements. A noter que cette tendance s’applique également aux prix des terrains.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.